1841 nouveaux agents intégrés à l’Hôtel de Ville

Véronique  Yang

Depuis le 1er janvier, 1841 nouveaux agents ont été intégrés à l’Hôtel de Ville. Ces agents proviennent de la préfecture de police. En juillet 2017, 62 autres agents avaient été accueillis.

Ces agents sont principalement liés à la lutte contre les incivilités. Ils exerceront au sein de la Direction de la Prévention de la Sécurité et de la Protection ( lutte contre toutes les formes d’incivilités, stationnement gênant, non-respect des règles en matière d’usage de l’espace public) mais aussi au sein e la Direction de la Voirie et des Déplacements (fourrières) et au sein de la Direction de la Démocratie, des citoyens et des territoires (délivrance des titres d’identité). Ils sont intégrés dans des structures nouvelles et disposent de matériels importants pour accomplir leurs missions.

Lors de la cérémonie de bienvenue, Anne Hidalgo a remercié les services d’accueil ainsi que les différentes directions pour leur mobilisation et le travail effectué en relation avec les organisations syndicales et les services de la Préfecture de Police.

Initié à l’été 2015 par Anne Hidalgo, Le projet de loi sur le statut de Paris a été  présenté initialement par la maire de Paris en 2015 puis définitivement adopté par l’Assemblée nationale en février 2017.

Suite à l’application de la loi du 28/02/2016 relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain,  elle permet à la capitale de récupérer des compétences qui étaient jusque là exercées par l’Etat. Tout comme les autres mairies de France, la Mairie de Paris  aura désormais des pouvoirs dans de nombreux domaines, circulation, stationnement, nuisances sonores et olfactives d’origine professionnelles, lutte contre l’habitat indigne, affaires funéraires, police des baignades ou délivrance des pièces d’identité.

Bien que de nombreuses évolutions dans l’organisation des collectivités aient eu lieu jusqu’à la décentralisation, aucune réforme en profondeur n’avait été appliquée au statut de la ville de Paris à l’exception de l’élection du Maire de Paris au suffrage universel en 1977. Les textes régissant l’organisation administrative de la capitale, et la répartition des compétences avec l’Etat, dataient de la Révolution française. Le découpage des arrondissements avait lui été défini en 1859. En 2015, les groupes politiques représentés au Conseil de Paris et les Maires des 20 arrondissements se sont engagés pour contribuer à définir les grandes orientations  de cette réforme institutionnelle sur la modernisation du statut de Paris. Un projet de loi traduit par le gouvernement a ensuite été soumis à l’Assemblée puis au Sénat et promulguée en février 2017.

Cette loi de modernisation du statut de Paris repose sur quatre points:

-Le retour de la Ville de Paris au droit commun, en récupérant des compétences aujourd’hui exercées de façon dérogatoire par l’Etat. (donne au Maire de Paris des pouvoirs et des responsabilités comparables à ceux des autres Maires de France)

-La fusion des quatre arrondissements centraux (les conseils et les services des quatre arrondissements centraux vont être regroupés à l’horizon 2020. Aux prochaines élections municipales, les habitants de ces quatre arrondissements éliront un seul Conseil d’arrondissement pour l’ensemble de ce secteur, et n’auront plus qu’un seul Maire d’arrondissement)

– Le renforcement du rôle des Maires d’arrondissements (la Maire de Paris va donner davantage de pouvoirs et de responsabilités aux Maires d’arrondissement)

-La fusion de la Ville et du Département ( une entité unique qui met fin à un enchevêtrement de compétences, plus rapide et efficace pour toutes les démarches administratives).

Laisser un commentaire