30ème anniversaire de la chute du communisme en Europe de l’Est: Le rôle de la diplomatie culturelle dans le désamorçage des conflits gelés

La Fondation roumaine pour la démocratie, avec le soutien du gouvernement roumain, en collaboration avec l’Institut de hautes études pour la culture et la civilisation du Levant, le Sénat roumain et le ministère des Affaires étrangères, organise la Conférence internationale trente ans après l’effondrement du communisme en Europe de l’Est.

L’événement réunira d’anciens chefs d’État et de gouvernement, de hauts fonctionnaires, des universitaires et des universitaires de la région de la mer Noire et de la mer Baltique, des Balkans et de la péninsule coréenne.

La chute des régimes communistes de 1989 à 1990 a mis à jour, dans l’espace contrôlé depuis plus de quarante ans par l’Union soviétique, d’anciens conflits entre nations, ethnies et religions qui n’avaient pas été résolus, mais seulement “gelés” sous des régimes totalitaires. L’expérience acquise dans la transition post-communiste peut être utile pour désamorcer les conflits actuels aux niveaux européen et mondial.

Trois décennies après la chute des régimes communistes en Europe de l’Est, la conférence mettra en lumière l’importance des dirigeants qui ont changé l’histoire en 1989, en proposant de partager leur expérience immédiate de la transition du communisme à la démocratie et à la gestion des conflits. pendant cette transition.

Parmi les participants, d’anciens chefs d’Etats comme l’ancien président de Roumanie Emil Constantinescu ainsi que des représentants nationaux en exercice, des chefs religieux, des éducateurs, des leaders féminins, des journalistes, et des dirigeants d’ONG venus d’Europe et d’Asie.

Selon l’organisation en charge de l’évènement, cette conférence se concentrera sur la diplomatie culturelle afin de “générer une confiance mutuelle et d’ouvrir la voie pour une meilleure communication à travers la création, la transmission et la promotion de représentations de l’identité » avec le passé récent de la Roumanie et de l’Europe de l’Est qui présente la communication multi-ethnique et interculturelle comme une expérience positive.

Intitulée “Le rôle de la diplomatie culturelle dans l’approche des conflits prolongés – Culture de paix à travers la compréhension de l’autre », cette conférence aura lieu le 1er et 2 avril prochain, et est organisée par le Ministère des Affaires étrangères de Roumanie, co-organisée par Culture céleste, paix mondiale, restauration de la lumière (HWPL) et l’Institut d’études avancées en culture et civilisation du Levant (ISACCL), et la collaboration du Centre d’études de la mer noir et de la mer baltique.

La conférence est le résultat même d’une série d’échanges internationaux continus entre l’Europe de l’Est et la Corée du sud au niveau de la société civile. L’année dernière, les anciens chefs d’Etat et HWPL, basé en Corée du sud, ont discuté du développement mutuel des efforts de construction de la paix lors du « Forum de haut-niveau des anciens dirigeants politiques en Europe pour diffuser la Culture de paix et appeler au soutien de la réunification pacifique de la péninsule coréenne ».

Le 7 au 9 mars 2019, Emil Constantinescu, président du conseil scientifique de l’ISACCL, a présenté l’initiative “Lead for Global Peace” au Sénat italien. L’événement était organisé en partenariat avec la Coalition interparlementaire pour l’éthique mondiale, dirigée par Shoshana Bekerman et avec le soutien du sénateur italien Lucio Malan, président suppléant de la faction Forza Italia.

WAAS, représentée par Garry Jacobs, PDG de WAAS, et Alberto Zucconi, Association mondiale des ONG (WANGO), représentée par le président fondateur, Tagledin Hamad, Centre de recherche MERCL pour le Moyen-Orient, New York, représenté par M. Richard Hellman, de Journeys for Peace, représenté par Sergio Kopliovitch et par le British Arab Network, représenté par M. Wafik Moustafa.

Le but de cette réunion était de promouvoir les initiatives législatives dans les États membres de l’Union européenne et des Nations Unies, visant à mettre en œuvre un programme d’enseignement obligatoire sur l’éducation pour la paix. La discussion générale s’inscrivait dans le cadre des objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies.

Emil Constantinescu a dirigé le panel sur les leçons tirées de l’histoire du Levant visant à prévenir les conflits futurs, qui a retracé l’historique de l’initiative «Lead for Global Peace» depuis son lancement en 2011 à ce jour. ont fait valoir l’importance de l’éducation pour la paix ainsi que de la région historique du Levant, un espace qui a fourni au fil des ans de nombreux exemples de la nécessité d’une telle problématique dans le monde de l’éducation au niveau international. Dans le même temps, son règne a montré que “Depuis 2011, l’Initiative de paix globale est présentée dans les grands forums de débat du monde. C’est la deuxième fois que nous le présentons au Sénat italien. Ce n’est pas un choix fortuit, l’Italie a une histoire millénaire qui a fortement influencé l’histoire du monde.

En même temps, l’Italie était le pont entre les civilisations du Levant et de l’Extrême-Orient et la civilisation occidentale. ”

À l’issue de la réunion, l’Accord de Rome sur les objectifs d’éducation pour la paix et de développement durable a été adopté.

Cette grande conversation humaine doit maintenant être encouragée afin que des groupes de plus en plus importants puissent faire fructifier leurs idées et la connaissance autour du monde. Cette vision peut être développée si les représentants sont capables d’agir au nom d’une pluralité de voix, de questions et de désirs des milliards de personnes qu’ils représentent » a déclaré son Excellence Emil Constantinescu dans son speech lors de la réunion de haut-niveau des anciens dirigeants politiques en Europe l’année dernière.

HWPL est une organisation basée en Corée du sud enregistrée à l’ECOSOC des Nations-Unies et met en place des campagnes pour la construction de la paix mondiale, le dialogue inter-religieux et l’éducation à la paix. Elle a rédigé la Déclaration pour la paix mondiale et la cessation des guerres (DPCW) afin de promouvoir la coopération intergouvernementale pour sécuriser des principes de paix et la participation des citoyens pour développer une culture de paix. Actuellement, la déclaration a obtenu le soutien officiel du Parlement d’Amérique centrale, du Parlement Panafricain et d’1 million de citoyens dans 174 pays.

Les partenaires de l’événement sont: l’Alliance des religions pour la paix (HWPL), le Centre international de la mer Baltique et de la mer Noire, la Coalition interparlementaire pour l’éthique mondiale, l’Université de Bucarest, l’École nationale d’études politiques et administratives.

Laisser un commentaire