72 ans d’Hiroshima et Nagasaki

Véronique YANG

Il y a 72 ans, les américains lançaient le 6 août 1945 la première bombe atomique faisant ainsi des dizaines de millions de victimes mais aussi 140 000 autres dans l’année sans compter les dégâts provoqués sur la faune et la flore.

Trois jours plus tard, le 9 août, une seconde bombe s’écrasait à Nagasaki sur l’île de Kyushu faisant 74 000 victimes, ce qui forçat le Japon à se rendre et mit  un terme à la seconde guerre mondiale.

La bombe d’Hiroshima avait une puissance de près de 16 000 kilotonnes de TNT, la température du sol monta jusqu’à 4000 degrés. 450 000 survivants ont été exposés à la bombe et subissent de nombreux problèmes de santé dont perte de cheveux, leucémie, cancers . Plus de 70 ans après, les risques continuent d’augmenter particulièrement pour ceux qui se trouvaient non loin de l’explosion. Si les risques de leucémie ont pratiquement disparu 10 ans après, ceux concernant la MDS, maladie de la moelle osseuse ont apparu tous comme les cancers multiples.

Les dirigeants japonais ayant rejeté les conditions de l’ultimatum de la conférence de Potsdam délivrée par les Etats-Unis, le Royaume Uni et la Chine, les États-Unis désiraient que le  Japon signe un traité de reddition sans condition compo rtant l’éviction de l’empereur Hirohito et l’adoption d’un régime politique démocratique. Les Etats Unis souhaitait aussi tester ses deux nouvelles armes, l’une à l’uranium, l’autre au plutonium et montrer aux autres pays, en particulier à l’URSS, la supériorité de feu décisive qu’elles donnaient à l’Amérique, c’est  le début de la guerre froide. Pour certains, ce fut  un crime de guerre des Alliés et la seule utilisation de l’arme nucléaire durant un conflit.

Chaque année, le Japon commémore le premier bombardement atomique d’Hiroshima au Parc du mémorial de la Paix situé sur l’emplacement du dôme de Genbaku à Hiroshima. A ce jour, le Japon reste divisé au sujet des armes nucléaires. Il y a un mois le Japon avait rejoint les puissances  nucléaires contre un traité interdisant les armes atomiques que l’ONU avait adopté. On compte La France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis parmi eux. Toutefois, aucun des neuf pays détenteurs de l’arme nucléaire n’avait pris part aux négociations.

Lors de la commémoration, le Premier Ministre Shinzo Abe a déclaré que la participation des pays nucléaires et non nucléaires était nécessaire pour aller vers une dénucléarisation. A cette occasion, 50 000 personnes dont le maire de la ville entouraient le Premier Ministre.

L’année dernière, pour la première fois le 27 mai, le président en exercice Barak Obama s’est rendu à Hiroshima mais n’a pas prononcé d’excuses. Le Prix Nobel de la Paix a appelé à un monde sans nucléaire.

          

 

              

 

 

Laisser un commentaire