Attentat de Trèbes: le gendarme héroïque Arnaud Beltrame nous a quittés

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, blessé vendredi matin à Trèbes dans l’Aude lors de l’attaque terroriste perpétrée par Redouane L., a succombé à ses blessures, a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb samedi.

Lelieutenant-colonel Arnaud Beltrame, héros des attaques de l’Aude, est décédé ce samedi 24 mars, a annoncé le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb sur Twitter. Ce gendarme de 45 ans s’était volontairement substitué à une otage dans le supermarché de Trèbes le vendredi 23 mars, alors que le terroriste y avait déjà abattu deux personnes. “Jamais la France n’oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice. Le cœur lourd, j’adresse le soutien du pays tout entier à sa famille, ses proches et ses compagnons de la gendarmerie de l’Aude”, écrit Gérard Collomb, précisant qu’il est “mort pour la patrie”.

A Trèbes, le lieutenant-colonel de gendarmerie s’est proposé comme otage en échange de la libération d’une femme. L’officier est ensuite resté à l’intérieur du magasin jusqu’à l’assaut du GIGN, vers 14 h 30. “Il avait laissé son téléphone ouvert, et c’est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN est intervenu” pour neutraliser le terroriste, a déclaré Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, saluant au passage “le courage du lieutenant-colonel pour cet acte d’héroïsme”.
«Un acte d’héroïsme comme en sont coutumiers les gendarmes, les policiers qui s’engagent au service de la Nation», a conclu le ministre.

Fait prémonitoire ou pas, en décembre 2017, selon nos confrères de la Dépêche du Midi, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame avait organisé avec la Préfecture de l’Aude et les pompiers locaux un exercice simulant un attentat à Carcassonne. Le scénario était une tuerie de masse dans un supermarché.

Ces vertus, le lieutenant-colonel Beltrame les avait démontrées dès sa formation
militaire. Sorti major de la promotion « campagne d’Italie » de l’Ecole militaire
interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan (1999), salué pour son « esprit résolument
offensif face à l’adversité » par ses supérieurs notant en lui un militaire qui « se
bat jusqu’au bout et n’abandonne jamais », Arnaud Beltrame a ensuite rejoint l’Ecole des officiers de la Gendarmerie nationale, dont il est sorti en 2001 major de la promotion « Capitaine Gauvenet ».

En 2003, il fit partie des sept candidats sur 80 retenus pour intégrer le GSIGN
(actuel GIGN).

Chuteur opérationnel, il fut déployé en Irak en 2005 où il fut décoré de la croix de
la valeur militaire avec citation à l’ordre de la brigade (2007).

Commandant de compagnie au sein de la Garde Républicaine, il assure pendant quatre ans la sécurité du palais de l’Elysée avec un haut niveau d’exigence avant de prendre en 2010 le commandement de la compagnie d’Avranches, jusqu’en 2014.

Après son passage par le ministère de l’Ecologie et du Développement durable comme conseiller auprès du secrétaire général, référent intelligence économique, où il avait démontré ses qualités intellectuelles et relationnelles, Arnaud Beltrame avait retrouvé le terrain en août 2017 comme officier adjoint au commandant du groupement de gendarmerie départementale de l’Aude.

Ses aptitudes au commandement, sa disponibilité, son infaillible implication étaient appréciées de tous, notamment dans le développement de la capacité contre-terroriste des unités de gendarmerie de l’Aude.

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort au service de la nation, à laquelle il avait déjà tant apporté. En donnant sa vie pour mettre un terme à l’équipée
meurtrière d’un terroriste djihadiste, il est tombé en héros.

Le président de la République adresse à sa veuve, à ses amis, à ses frères d’armes ses condoléances les plus sincères. Il appelle chaque Français à honorer sa mémoire.

Laisser un commentaire