Attentats en Espagne : un nouveau bilan 30 Français blessés

Gabriel MIHAI

Barcelone et Cambrils ont été frappées jeudi et dans la nuit qui a suivi par deux attaques terroristes, qui ont fait au moins 14 morts et plus d’une centaine de blessés. 30 Français ont été blessés. Deux attentats revendiqués par le groupe État islamique.

Après Barcelone, Daesh a également revendiqué l’attaque de Cambrils qui a fait un mort. Les enquêteurs traquent un Marocain de 22 ans, suspecté d’être au volant de la fourgonnette qui a fauché les passants.

Trente-six heures après l’horreur, l’Espagne panse ses plaies. Jeudi 17 et vendredi 18 août, deux attaques terroristes, revendiquées par le groupe État islamique, ont frappé la péninsule ibérique et brisé le destin de 14 personnes. Treize d’entre elles n’ont pas survécu après avoir été fauché aux alentours de 17 heures jeudi par une camionnette blanche sur La Rambla, l’avenue la plus touristique de Barcelone. Une autre a perdu la vie après une collision volontaire avec une Audi A3 sur le bord de mer de la station balnéaire de Cambrils. Le conducteur de la camionnette de Barcelone, qui a pris la fuite après avoir commis son geste, concentre toutes les attentions de la police. Il n’a toujours pas été formellement identifié.

Un conducteur a délibérément foncé dans la foule jeudi sur l’avenue la plus touristique de Barcelone, faisant au moins 13 morts et une centaine de blessés, dont 30 Français. Quelques heures plus tard, vers minuit heure locale vendredi, une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a fait un mort et six blessés à Cambrils, à 120 km au sud de Barcelone. La police a tué les cinq passagers du véhicule. Le Parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête. Le ministre espagnol de l’Intérieur a affirmé, ce samedi, que la cellule djihadiste à l’origine des attaques était « démantelée ». Les deux attaques ont été revendiquées par le groupe État islamique.

Depuis le début de l’enquête, quatre suspects ont déjà été arrêtés à Ripoll et Alcanar, là où 24 heures plus tôt une maison, qui pourrait être le repaire du commando, a été soufflée par une explosion. Cette dernière, qui a fait un mort, pourrait avoir précipité la double attaque et mis à mal un plan encore plus meurtrier, selon la police.

Parmi les assaillants tués figurent trois jeunes Marocains vivant depuis leur enfance en Espagne: Moussa Oukabir, Saïd Aallaa et Mohamed Hychami, respectivement âgés de 17, 18 et 24 ans et tous habitants de Ripoll, une ville de quelque 10.000 habitants non loin des Pyrénées.

Trois autres personnes également impliquées sont identifiées, mais n’ont pas été interpellées. Deux d’entre elles pourraient avoir péri dans l’explosion suivie d’un incendie d’une maison mercredi à Alcanar, à 200 km au sud de Barcelone, où le groupe tentait peut-être de confectionner des engins explosifs.

Les victimes de l’attaque de Barcelone (13 morts et une centaine de blessés) sont au moins de 35 nationalités différentes, selon les services espagnols de protection civile. Selon le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, une Belge figure parmi les personnes tuées. 30 Français ont été blessés dans l’attentat de Barcelone, indique ce samedi le ministère des Affaires étrangères. Parmi eux, quatorze sont toujours hospitalisés et cinq sont dans un état grave. Le parquet de Paris a ouvert une enquête antiterroriste.

Le Quai d’Orsay recense désormais 30 blessés de nationalité française dans la double attaque espagnole. 5 de ces personnes sont toujours dans un état grave. « Seize de nos compatriotes blessés ont pu quitter les hôpitaux après avoir reçu les soins appropriés », précise le ministère des Affaires étrangères. Un précédent bilan faisait état de 28 blessés, dont 8 dans un état grave.

Une deuxième victime portugaise a été identifiée. « Le secrétaire d’État aux communautés portugaises se trouvant à Barcelone m’a confirmé le décès d’une seconde victime portugaise, la petite-fille de celle déjà identifiée vendredi », a déclaré le Premier ministre du Portugal, Antonio Costa. La jeune femme de 20 ans, qui était portée disparue depuis jeudi, se trouvait avec sa grand-mère de 74 ans, résidente de la région de Lisbonne, lors de l’attaque. Les deux femmes passaient des vacances à Barcelone et séjournaient à l’Hotel Nouvel près des Ramblas, la zone de l’attaque.

 

Laisser un commentaire