Calais: des scènes de guerre entre les migrants, 18 blessés, dont cinq gravement blessés

Gabriel MIHAI

18 migrants ont été blessés, dont cinq par balles, ce jeudi après-midi à Calais après une rixe qui a impliqué une centaine d’exilés. Pour les associations la tension ne fait que monter ces dernières semaines.

De violents affrontements entre migrants afghans et africains jeudi en plusieurs endroits de Calais ont fait 18 blessés, dont cinq, touchés par balle, étaient entre la vie et la mort dans la soirée, selon des sources concordantes.

Pour quatre d’entre eux, blessés par balle, selon le parquet de Boulogne-sur-mer cité par l’AFP, le pronostic vital est engagé.
«Une centaine de migrants africains armés de bâtons ont voulu s’en prendre à une vingtaine d’Afghans», a détaillé le parquet. Ces violences se sont déroulées aux alentours de 15h30, d’après la préfecture, près du centre hospitalier de la ville.

Vers 16h, une deuxième rixe a éclaté à environ 5 kilomètres de là, sur la commune de Marck, près du centre de logistique Transmarck. «Les forces de police sont intervenues pour protéger les migrants de nationalité afghane pris à partie par 150 à 200 migrants de nationalité érythréenne», a précisé la préfecture. A l’occasion de cette rixe, six migrants ont été blessés par des «coups de barre de fer».

«Les Afghans sont venus pour une distribution de repas rue des Verrotières et sont tombés sur une forte présence africaine. On a eu un mouvement de foule qui a entraîné des blessés avec des barres de fer», a précisé le parquet à l’AFP.

Selon un journaliste de La Voix du Nord, ce même jour dans la soirée, la police était toujours à la recherche d’une cinquantaine de migrants, encore armés de bâtons et de barres de fer.

Actuellement, 800 migrants vivent à Calais, selon les décomptes des associations, quand la préfecture en recense entre 550 et 600.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb présent sur place à Calais pour un point de situation avec le préfet, la maire de la ville et les acteurs locaux, après des confrontations entre migrants.

Laisser un commentaire