Daesh revendique l’attentat de Londres: Un certain nombre de personnes ont été arrêtées

GABRIEL MIHAI

Ce lundi matin à l’aube, un «certain nombre de personnes» ont été interpellées lundi par la police londonienne.

La police britannique a procédé lundi à de nouvelles arrestations dans l’enquête sur l’attentat de Londres, revendiqué par le groupe État islamique (EI), qui a fait sept morts et des dizaines de blessés à quelques jours des élections législatives.

«Un certain nombre de personnes ont été arrêtées» lors de deux nouvelles perquisitions à Newham et à Barking, à l’est de Londres, a indiqué la police dans le cadre de l’enquête sur ce troisième attentat en trois mois au Royaume-Uni.

Dimanche, elle avait déjà arrêté à Barking, un quartier multiethnique de l’est de la capitale, 12 personnes, sept femmes et cinq hommes âgés de 19 à 60 ans. Un homme de 55 ans a ensuite été relâché sans être poursuivi.

D’après Sky News, la police, lourdement armée, a perquisitionné dimanche au domicile d’un des trois auteurs de l’attaque. Cet assaillant était avec deux complices dans la camionnette qui a foncé sur le London Bridge samedi soir, fauchant plusieurs piétons. Les trois hommes ont été peu après abattus par la police tandis qu’ils lacéraient de coups de couteau passants et fêtards.

«Une priorité majeure pour nous est d’essayer de comprendre s’ils ont agi avec d’autres personnes», a déclaré lundi sur la BBC, la cheffe de la police, Cressida Dick, ajoutant que la police scientifique avait récupéré «une énorme quantité» d’éléments sur le véhicule des assaillants.

L’attaque de samedi a été revendiquée par l’EI, contre qui le Royaume-Uni a effectué ces dernières années des raids aériens en Irak et en Syrie. L’attentat a été perpétré par «une unité de combattants de l’EI», a rapporté l’agence de propagande de l’EI, Amaq, dans un communiqué.

Les identités des assaillants n’ont toujours pas été rendues publiques mais la police a assuré dans un communiqué qu’elles seraient dévoilées dès que cela serait «opérationnellement possible».

La première ministre Theresa May a annoncé le maintien des élections législatives prévues pour jeudi, qui doivent renouveler la Chambre des Communes au moment où le Royaume-Uni s’apprête à négocier le Brexit, ainsi que la reprise de la campagne lundi, après une journée de suspension.

Un de trois assaillants responsables de l’attentat de Londres samedi était un Marocain qui a vécu à Dublin, affirme lundi la chaîne de télévision publique irlandaise RTE, citant des sources policières.

Selon RTE, un document retrouvé sur le corps de l’un des assaillants a mis les enquêteurs sur la piste irlandaise. Il s’agit, disent des sources policières, d’une autorisation de séjour de plus de trois mois pour ressortissant d’un pays n’appartenant pas à l’Union européenne.

Selon la chaîne, la police irlandaise s’intéresse à un homme de nationalité marocaine ayant résidé en Irlande et qui était marié à une Ecossaise.

« Nous prêtons assistance à nos collègues de la police de Londres en ce qui concerne l’attaque terroriste à Londres », qui a fait sept morts samedi soir, a déclaré la police irlandaise à l’AFP.

Les morts

– Un Britannique dans un pub

James McMullan, 32 ans, qui était au pub Barrowboy and Banker, à l’extrémité du London Bridge, a été identifié grâce à une carte de crédit retrouvée sur lui, a déclaré sa soeur Melissa. Porté disparu après l’attaque, il était recherché par ses amis via un appel à témoin sur les réseaux sociaux.

– Une Canadienne sur le pont

Christine Archibald, une Canadienne de 30 ans, est morte dans les bras de son fiancé Tyler Ferguson après avoir été percutée par la camionnette des agresseurs.

« Mon petit frère a perdu l’amour de sa vie sur le London Bridge », a écrit Cassie Ferguson Rowe sur Facebook.

« Nous pleurons la perte de notre magnifique fille et soeur », a écrit la famille Archibald dans un communiqué. « Elle n’aurait pas compris la cruauté sans nom qui a causé sa mort », a ajouté la famille.

– Un Français avec des attaches en Bretagne

Un Français a été tué, selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Il avait des attaches familiales en Bretagne, à Saint-Malo (nord-ouest de la France), mais n’était pas lui-même malouin, a dit à l’AFP le maire de la ville, Claude Renoult. Selon la presse locale, cet homme de 27 ans, prénommé Alexandre, vivait à Londres et travaillait au Boro Bistro, un établissement dirigé par un Breton et une des cibles des assaillants.

Les blessés

– Un policier qui n’était pas en service

Un policier qui n’était pas armé et buvait un verre après sa journée de travail a voulu porter assistance et a été blessé et hospitalisé dans un état grave. « Sans hésiter, habillé en civil, il s’est précipité et a essayé d’aider avant d’être malheureusement grièvement blessé en faisant montre d’héroïsme », a dit la cheffe de la police londonienne Cressida Dick sur la BBC.

– Trois policiers en service

Un membre de la police des transports en uniforme a été l’un des premiers à arriver sur les lieux du drame. Il a été blessé au couteau au visage, à la tête et à une jambe. Un agent en civil a eu des points de suture après une blessure à la tête tandis qu’un policier en uniforme a été blessé au bras.

– Geoff Ho, un journaliste du Sunday Express

Il se trouvait devant le pub Southwark Tavern dans le quartier de Borough Market. Il a essayé d’aider une personne prise pour cible par les agresseurs mais a été lui-même poignardé à la gorge.

– Daniel O’Neill

L’attaque a laissé cet homme de 23 ans avec une blessure de plus de 15 centimètres au niveau de l’estomac. D’après sa mère, son agresseur a crié : « C’est pour ma famille, c’est pour l’islam ».

– Sept Français

Sept Français ont été hospitalisés dont quatre dans « un état grave », selon Jean-Yves Le Drian, et un autre ressortissant français était porté « disparu ». Christine Delcros est hospitalisée, a écrit sa soeur Nathalie Cros Brohan sur Facebook.

Parmi les blessés figurent également deux Allemands, deux Australiens, un couple de Néo-Zélandais, un Bulgare et un Grec.

Les disparus

– Ignacio Echeverria, un juriste espagnol de 39 ans, spécialiste de la lutte contre le blanchiment chez HSBC à Londres, se promenait avec des amis quand les attaques se sont produites. Selon ses amis, il a cherché à défendre avec son skateboard un femme attaquée par les assaillants à Borough Market.

-Sara Zelenak, 21 ans, une Australienne de Brisbane. La presse australienne a relayé les appels de sa famille pour tenter de la retrouver.

– Xavier Thomas : sa disparition est annoncée dans un message posté sur Facebook par la soeur de sa compagne, Nathalie Cros Brohan, qui s’est dite « terriblement inquiète ».

-Sebastien Belanger : sa petite amie Gerda Bennet, qui n’était pas à Londres au moment de l’attentat, a lancé un appel à témoin sur Facebook.

-Socaine Drz, un jeune homme disparu depuis samedi soir et recherché par ses proches via un appel à témoin sur les réseaux sociaux.

La nationalité de ces trois dernières personnes portées disparues n’a pas été précisée.

Laisser un commentaire