Décès de Michel Durafour

Véronique  YANG

Décès de l’ancien ministre Michel Durafour à l’âge de 97 ans.

Michel Durafour est mort le 27 juillet à l’âge de 97 ans entouré de sa femme et de ses deux enfants.

Né le 11 avril 1920 à St Etienne, Michel Durafour était le fils d’Antoine Durafour (1876-1932) ancien maire de St Etienne dont il sera à son tour maire de 1964 à 1977. Il était diplômé de l »Université de droit et l’Ecole libre de Sciences Politiques (Promotion diplomatique 1941).

D’abord membre de l’union démocratique et socialiste de la Résistance, il rejoint le parti radical socialiste en 1948 après son exclusion. Sa carrière politique commença par un poste d’adjoint au maire de St Etienne de 1947 à 1964 puis de maire de cette commune. Il fut aussi sénateur de la Loire de 1965  à 1967 et de 1983 à 1988 mais aussi député  sous trois étiquettes différentes dont la dernière fut l’UDF  (1978-1981) de 1967 à 1981, enfin président du conseil régional de Rhône-Alpes de 1980 à 1981.

Il participa au gouvernement Chirac sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing en tant que ministre du travail de 1974 à 1976, ministre délégué à l’économie et aux finances de 1976 à 1977 sous le gouvernement de Raymond Barre et ministre de la fonction publique et des réformes administratives dans le gouvernement Rocard sous le second mandat de François Mitterand de 1988 à 1991. A partir de 1992, il est nommé conseiller d’état en service extraordinaire. Il avait pris sa retraite en 1997 pour se consacrer à sa seconde passion.

En 1977, il perd sa mairie mais reste au conseil municipal et crée le poste de’adjoint au maire dédié à la culture.

En 1988, alors qu’il s’oppose au Front National et à Jean-Marie Le Pen, ce dernier fait un jeu de mot de très mauvais gout portant sur le nom du ministre (« ….Mr Durafour-crématoire, merci pour cet aveu… ») ce qui lui valu une condamnation pour injure publique envers un ministre.

A côté de ses activités politiques, Michel Durafour était aussi un écrivain, il fit d’ailleurs publier des romans sous son patronyme (10 titres entre 1948 et 2001) mais aussi sous 3 pseudonymes, Pierre Jardin (7 titres entre 1960 et 1964), Cécil Viborg  (2 titres en 1960 et 1961)et Rémi Siberg (2 titres en 1960 et 1961). En  1950, il reçoit le grand prix du théâtre pour sa pièce « Les Démoniaques » puis en 1963,  le prix du roman d’aventure pour le manuscrit « Agnès et les vilains messieurs » écrit sous le pseudonyme de Pierre Jardin.

Michel Durafour était hospitalisé depuis six mois, il est décédé à l’hôpital jeudi 27 juillet.  Avec Simone Veil, deux grands noms de la politique qui ont marqué la Vème république se  sont éteints en un mois.

 

Laisser un commentaire