Exposition : Magiques Licornes, un chef d’œuvre médiéval

Mythe ou réalité la licorne telle que nous la représentons est une création du moyen âge occidental. Elle est décrite dans les textes de plusieurs auteurs de l’antiquité (Pline l’Ancien, Aristote…), comme étant un animal hybride composé d’éléments empruntés à d’autres animaux : un corps de cheval blanc, des sabots de chèvre, une barbichette et sans oublier une longue corne torsadée sur le front.

Animal légendaire la licorne est dans la pensée médiévale une figure positive à cause de sa blancheur qui représente la pureté. Très difficile à capturer, selon la légende, seule une jeune fille pure peut l’apprivoiser. Au moyen âge les gens pensaient que les licornes vivaient au fond des forêts ou dans des pays exotiques. Ils étaient persuadés qu’elles existaient réellement comme les autres animaux et même le dragon ! Ceux qui entreprenaient des longs voyages vers l’Orient espéraient en voir ou en rencontrer sur leur route.

Dans les textes latins du moyen âge la licorne est dépeinte comme un animal sauvage et rapide. On croit que sa longue corne, qui est en fait « une dent de Narval un cétacé des mers arctiques », possède le pouvoir magique de purifier les liquides et de détruire le poison. Il n’était pas rare de tremper un peu de corne de licorne dans les boissons lors des banquets au moyen âge en prévention des empoisonnements.

Vers 1500 en raison de son caractère exceptionnel, l’engouement pour la licorne en particulier en France, mais aussi en Italie et dans le monde Germanique, est employé en support d’armoiries comme dans la tenture de La Dame à la Licorne. Elle sert alors d’enseigne ou de marque commerciale. Redécouverte en 1814 à Boussac, la tenture de La Dame à la Licorne intéresse le département de la Creuse, puis l’administration des monuments historiques, ainsi que les artistes comme l’écrivain George Sand.

L’acquisition de la tenture de La Dame à la Licorne par le Musée de Cluny en 1882 inspire et l’image des tapisseries est alors largement diffusée. L’œuvre est une source de créativité et l’exposition en témoigne à travers les tapisseries, les ouvrages enluminés, gravés ou sculptés.

Une belle exposition jusqu’au 25 février 2019, pour se plonger dans un peu d’histoire et de magie avec les six tapisseries qui forment la tenture de La Dame à la Licorne, qui malgré leur grand âge conservent de magnifiques couleurs.

Musée de Cluny – Musée National du Moyen Age

28 rue du Sommerard

75005 Paris

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h15 à 17h45

Laisser un commentaire