Les fonctionnaires ne seront plus indemnisés le premier jour en cas d’arrêt maladie

GABRIEL MIHAI

Macron l’avait annoncé pendant sa campagne et l’Assemblée nationale a adopte le retour d’un jour de carence dans la fonction publique ce soir.

Les députés ont adopté ce soir l’une des mesures phares du budget 2018 : le rétablissement d’un jour de carence en cas d’arrêt maladie pour les agents de la fonction publique. Pour le gouvernement, il s’agit d’un moyen de lutter contre l’absentéisme.

Cette mesure consiste à ne pas payer à l’agent son premier jour d’arrêt maladie, et de reprendre la rémunération à partir du deuxième jour d’absence seulement. Objectif : “lutter contre le micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d’euros”, avait annoncé dès le mois de juillet le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, pour justifier la promesse dans la campagne d’Emmanuel Macron.

En réinstaurant ce jour de carence dans la fonction publique, le gouvernement entend rapprocher le statut des fonctionnaires de celui des salariés du privé. Dans le secteur privé, les salariés doivent attendre le 4e jour de maladie pour toucher des indemnités. Beaucoup d’entreprises compensent toutefois ce manque à gagner.

Ils n’ont pas, en revanche, voté en faveur d’un amendement visant à exempter les femmes enceintes de ce jour de carence. Le ministre a déclaré souhaiter une concertation préalable à ce sujet avec les organisations syndicales.

Laisser un commentaire