La France candidate à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025 à La Grande Galerie de l’Évolution du Muséum National d’Histoire Naturelle

VÉRONIQUE PHITOUSSI

 

Initiée par Jean-Christophe FROMANTIN dès 2011, portée depuis lors par EXPOFRANCE 2025 avec Luc CARVOUNAS et Bruno LE ROUX, la candidature de la France à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025 a été officialisée et récemment confirmée par le Chef de l’Etat comme étant la candidature de « toute la France ».
Jean-Christophe Fromantin, Président du Comité EXPOFRANCE 2025, père du projet a tenu une conférence de presse accompagné d’élus et de partenaires.
Pascal Lamy, délégué interministériel, Philippe Laurent, Maire de Sceaux, Secrétaire général de l’Association des maires de France, Président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, François Durovray, président de l’agglomération Val d’Yerres Val de Seine, Vanessa Scherrer, Directrice adjointe, Ecole des Affaires Internationales , ‎Sciences Po, Dominique Vernay, du CODEV, Conseil de développement, Président du Conseil de développement de la communauté d’agglomération Paris-Saclay, Arnaud Robinet, maire de Reims, Bruno David, Président du Muséum national d’Histoire naturelle, Michel Bournat, Président de la communauté Paris-Saclay, Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Augustin de Romanet, Membre du Comité des Partenaires, Président-Directeur général du Groupe Aéroports de Paris, tous présents pour défendre la candidature de Paris-Saclay pour l’exposition universelle 2025.
Lors de la conférence de presse, Jean Christophe Fromantin a souligné que le projet était porté par les jeunes ambassadeurs, les services du quai d’Orsay, des entreprises partenaires, des parlementaires ou des collectivités locales. Ceux-ci se sont engagés à faire campagne pour la candidature française. En face, l’Azerbaïdjan, la Russie et le Japon s’activent. Après le 15 novembre, il restera encore une séance de grand oral, en juin 2018, avant la décision finale du BIE, en novembre 2018.
1 000 personnes étaient présentes ce mardi 14 novembre, pour la soirée de lancement de la candidature française, dans la grande galerie de l’Évolution au muséum d’Histoire naturelle. Parmi elles, Jean-Christophe Fromantin a convié cent jeunes «ambassadeurs» âgés de 20 à 25 ans et issus de 70 pays. Présents sur les réseaux sociaux, ces jeunes se sont engagés à porter «les valeurs de la France» et à remettre aux autorités compétentes une lettre de demande de soutien à la candidature française. Le projet a été présenté mercredi 15 novembre devant le BIE», a expliqué Jean Christophe Fromantin.
Les jeunes ont rencontré Claudie Haigneré, astronaute et porte-parole officielle de la candidature de l’Exposition.
Le projet français d’Exposition universelle porte sur les thèmes de la « connaissance à partager » et de la « planète à partager ». Dans ce « village global », plusieurs dizaines de pavillons seront installés autour d’un énorme globe terrestre de 127 mètres de diamètre (à l’échelle 1/100 000e.
Paris a présenté son projet mercredi 15 novembre devant les membres du Bureau international des expositions (BIE). Alors que Matignon s’inquiète du coût de cette manifestation, le comité Expofrance 2025 promet que tout sera autofinancé.
Jean-Christophe Fromantin, affirme que « l’expo 2025 représentera un coût de 3,5 milliards d’euros » et que «Notre modèle économique repose précisément sur le fait qu’elle ne coûterait rien aux contribuables ».
Le projet prévoit de transformer les pavillons et le globe en logements étudiants, bureaux, équipements ou surfaces commerciales. Les investissements liés à la sphère prévue sur la ZAC du plateau de Saclay seraient amortis.
Jean-Christophe Fromantin et Pascal Lamy sont très heureux du soutien d’Emmanuel Macron, concernant le projet d’une exposition universelle. Jean-Christophe Fromantin souligne que « le Président tient absolument à ce que les étudiants, entreprises puissent s’installer et rester sur le site ». Le portrait du Président figurera sur la version imprimée du projet Expo France 2025.
Le représentant de la région la région Paris Saclay nous informe que « la région Paris Saclay doit être placée sous l’angle de la jeunesse et de l’ambition ». « Cela sera un nouveau monde avec une capacité durable de l’ensemble des installations ».
Expofrance 2025, le groupement d’intérêt public (GIP), qui porte la candidature française, dispose de 40 % des voix, le reste étant réparti entre l’État (30 %) et les collectivités. « Il faut renouer avec les grains de folie et de créativité des expositions du XIXe siècle », fait valoir Jean-Christophe Fromantin, le maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et père du projet. La décision pourrait être politique.
C’est à l’issue d’un jeu concours au printemps dernier regroupant 60 000 participants que 100 jeunes issus de 70 pays ont été sélectionnés pour porter l’ambition de la France d’accueillir l’Exposition universelle en 2025. Ces étudiants ont envoyé une lettre, un manifeste de leur pays expliquant la légitimité que la France a d’accueillir l’EXPOFRANCE 2025.
Ces jeunes vont suivre une formation pour devenir les ambassadeurs d’Expo 2025 Grand Paris France au cours des prochains mois, aux 4 coins du monde, aux côtés de la diplomatie française, des entreprises partenaires, des universités et de tous les partenaires. Ils sont reçus pour la première fois à Paris au cours de cette semaine du 13 novembre.
Le choix du pays retenu sera dévoilé en novembre 2018 par le Bureau international des expositions (BIE), une organisation créée en 1928, qui compte 170 membres et dont le siège se trouve d’ailleurs à Paris.

Laisser un commentaire