Fusillade dans le centre-ville de Strasbourg, trois personnes a été tuées et douze blessées

Mardi 11 décembre, aux alentours de 20h, plusieurs coups de feu ont été entendus entre la rue des Grandes Arcades et la place Kléber, en plein centre de Strasbourg à deux pas du marché de Noël. Plusieurs personnes ont été blessées, les forces de l’ordre sont déjà sur place.

D’après la préfecture du Bas-Rhin, une personne a été tuée et six autres blessées dans cette attaque.
La préfecture de la région du Bas-Rhin a appelé la population à gardé son calme, et la mairie de la ville appelle à rester confiné. Le marché de Noël, installé sur la place Kléber, a été fermé.

Alors qu’il recevait mardi soir les parlementaires de la majorité, pour la première fois, à l’Élysée, le président de la République a été alerté au cours de la soirée par ses conseillers de la situation à Strasbourg. Peu avant 21 heures, selon plusieurs parlementaires, le chef de l’État Emmanuel Macron a « énoncé les faits » et fait état de « huit blessés et un mort ». Il a annoncé qu’il écourtait la réunion pour suivre les événements.

Emmanuel Foulon, attaché de presse au parlement européen, a expliqué sur les réseaux sociaux avoir entendu des « coups de feu dans les rues de Strasbourg » qui ont déclenché une « panique ». « Tout le monde est couché dans le restaurant », a-t-il continué. « Nous restons cachés depuis les premiers tirs. »

Une opération de police serait en cours dans le quartier de Neudorf selon le quotidien régional Dernières Nouvelles d’Alsace. Des coups de feu auraient été entendus.

L’assaillant a été blessé par des militaires de l’opération Sentinelle avant de se retrancher. Il est actuellement recherché. Selon le préfet de la Région Grand-Est et du Bas-Rhin, l’auteur des faits a été identifié et est connu pour des faits de droit commun.

Un dernier bilan fait état de deux morts et de onze blessés en urgence absolue. Le tireur, fiché S, est en fuite. La section antiterroriste s’est saisie de l’enquête.

L’Assemblée nationale a exprimé mardi soir sa solidarité avec les victimes de l’attaque dans le centre-ville de Strasbourg, en marge de l’examen du projet de réforme de la Justice. “Je voudrais avec les collègues adresser la solidarité de l’Assemblée nationale aux habitants de la ville de Strasbourg qui sont victimes ce soir d’une attaque qui a fait plusieurs morts et plusieurs blessés”, a déclaré le député du Haut-Rhin Olivier Becht (UDI), originaire de Strasbourg.

L’assaillant devait être interpellé mardi matin par les gendarmes dans le cadre d’une enquête pour tentative d’homicide, de source proche du dossier.
Le Parlement européen reste bloqué. Le personnel est toujours confiné dans une salle.

Le président de la République, Emmanuel Macron est informé de la situation en temps réel a indiqué l’Élysée. Le chef de l’État a par ailleurs demandé au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, de se rendre sur place.

Le bilan provisoire fait état de 14 victimes dont deux personnes décédées, six blessés graves et six blessés légers. Un point de regroupement des victimes est installé place Kléber. Le périmètre de la Grande Ill est toujours bouclé.

Édouard Philippe vient d’activer la cellule interministérielle de crise, a annoncé Matignon.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner est arrivé à Strasbourg, avec le procureur de la République de Paris.

Le bilan grimpe à quatre morts, selon une source policière et selon le maire de Strasbourg Roland Ries, quatre morts sont à déplorer dans l’attaque.

Laisser un commentaire