La banque postale : les assises de la banque citoyenne sous pression

Nathalie Grego
Les assises de la banque postale citoyenne se déroule aujourd’hui. Il s’agit d’une matinée d’échange avec de nombreux partenaires et acteurs du monde associatif sur les dernières avancées relationnelles et numériques, ainsi que sur les innovations au service des personnes en situation de fragilité financière
Au début du colloque, vers 9h15 ce mercredi 17 avril le syndicat Solidaire Sud est au porte des assises de la banque citoyenne pour demander une organisation du travaille plus humaine et de meilleurs des conditions de travail pour les salariés de la banque postale. A l’arrivée des postiers mécontents, les portes du sièges sociale de la banque se ferme. Empêchant ainsi plus de plusieurs centaines personnes d’accéder à l’auditorium à moitié vide alors que la conférence était retransmise en live via le site institutionnel de la banque postale.  A 9h40, arrive la police, demandant s’il s’agit d’une manifestation sauvage. Le porte parole de l’organisation syndicale solidaire sud, Mr Gaël quirand, sans défend. Il veulent juste rester sur le côté et parler à un représentant de la banque postale. Vérifications faite, et constatant qu’il ne s’agit pas d’une manifestation non déclaré. Le représentant des force l’ordre quitte rapidement les lieux. Les revendications sont en direction de Philippe Wahl. Le président du conseille de surveillance de la banque postale .
Les postiers déplorent le fait que la police arrive avant le DRH dont ont leur a promis la venu.
(Voire le porte parole de l’intersyndicale solidaire sud en vidéo)
Les postiers regretteraient des objectifs irréalisables au regard des moyens mis à leur disposition. Il y aurait des fermetures de bureaux de poste en cascade. Chaque postier disposerait de seulement 1.30 mn pour traiter la livraison d’un recommandé qu’il ait un assesseur ou pas dans l’immeuble.
Ils n’auraient pas plus de 3mn pour voir le personnes âgés.  Pas assez de temps donc pour prendre un café avec elle. Comme le montrerais les publicités du groupe, faisant la promotion de ce service.
Les facteurs qui dispenseraient ce service reçevrait une formation vidéo de  15 mn suivi d’un quizz à complète sur ordinateur.
Pire, l’intersyndicale solidaire sud. Parle de restructurations à la suite les unes des autres. Alors que de moins en moins de courrier serait distribué chaque jour. Il y aurait eu 4 réorganisations il y a 2 ans et  2 réorganisations l’année dernière. Tout les 6 mois il y a des restructurations . A Boulogne par exemple. On aurait assisté à une diminution de l’ordre de moins 10 tournés sur le nombre annuel effectuer par le postiers de cette ville. Tous les 2 ans. Il y aurait un baisse du nombre de tournée.  Alors que dans le même temps les postiers auraient plus de colis à acheminer. Donc plus de temps à passer à les traiter pour les facteurs. Les colis reçu de pays comme la chine serait au même tarif que les lettre. Cependant, les délivrer prendrait plus de temps que les lettres.
Le postiers mécontent déclaré également que le facteur n’aurait pas de maitrise de leur tourné. Les opérations serait divisés. Et plusieurs facteurs se partageraient le même envoie. Des facteurs inexpérimentés se retrouveraient à distribuer des colis et des lettres dans des secteur qu’il ne connaîtrait pas. Cela engendrerait un travail moins efficace .
Moins qualitatif et assortie d’une perte de temps. Bref de nouvelle condition de travail épuisantes.
Les facteurs utiliserait des îlots qui aurait pour fonction, le remplacement des bureaux de poste fermé. Le syndicat est en colère quant à l’usage de salarié  intérimaire en cdi dans leur agence d’intérim, qui remplacerait de réels embauches en interne.
10h45. C’est  enfin l’ouvertures des portes. Une foule très réduite pénètre dans les locaux du groupe la banque postale.
Les facteurs en situation de revendication se sont déporté sur le côté. Le direction décide alors de laisser entrer les participants.
En conséquence, après 2 heures de pourparlers,  l’interlocuteur privilégiée arrive enfin à la rencontre les salariés mécontents . Il s’agit du responsable de la relation sociale de la banque postale. Gageons que cette discussion portera les fruits escomptés…

Laisser un commentaire