L’arroseur arrosé … « Pas facile d’être une fille facile »

Les sentiments sont-ils plus forts que la raison ? Il semblerait. Pourtant, la belle Jordan avait tout planifier. Elle s’était convaincue que l’unique solution à tous ses problèmes résiderait dans le fait de se marier.

Et pas avec n’importe qui. L’heureux élu devra être un quinqua divorcé, pas forcément à la pointe de l’attirance, mais au compte en banque bien garni. Vénale en plus ? Non pas. Avoir un mari est la panacée qui lui assurera sérénité et sécurité.

Et pour cela, rien de mieux que d’épouser un médecin. Alors, fraîchement arrivée à New York, déterminée plus que jamais, elle se fait embaucher en tant que serveuse dans une cafétéria à la situation géographique des plus stratégiques : elle fait face à un hôpital. Les dès sont lancés. Patience et chance sont en piste. C’était sans compter sur un coup du sort. En son premier jour de service, Jordan s’évanouit en plein milieu du restaurant, victime d’une crise aigüe d’appendicite. Elle se réveillera quelques heures plus tard à l’hôpital dans les bras de Rory, un jeune chirurgien très dévoué à son travail, au charme ravageur.

La situation semble idéale pour la belle serveuse à la culture limitée. Cependant, la réalité se veut toute autre. Monsieur e bel interne est sans un sou en poche. Seraient-ce les confidences incontrôlées faites par Jordan sous l’emprise de la morphine qui auraient éveiller de la curiosité chez le docteur ?
La résultante est que sans le comprendre et sans le contrôler, un besoin incompressible de rester en contact avec elle l’envahit.

L’amitié qu’ils nouent les rapproche de jour en jour. Leur complicité ambiguë se joue d’eux et du « pas » de trop à ne pas franchir. Pour lui, l’ambitieux attiré par les femmes autonomes et carriéristes, celui de poursuivre son ascension professionnelle.

Pour elle, la belle plante opportuniste, de continuer sa quête du mari idéal. Chacun va être repousser dans ses retranchements et son amour propre. Malgré eux, bien qu’ils luttent à ne pas vouloir se l’avouer, ils s’attachent l’un à l’autre et éprouvent une grande attirance. Ça leur fait peur. Les voici emprisonnés dans le jeu du « chat et de la souris ».

Leur résistance va-t-elle céder ? Vont-ils continuer à refreiner leurs émotions et leurs sentiments, être partisans du « je t’aime moi non plus » pour uniquement ne pas s’éloigner de leurs objectifs ? Tourneront-ils le dos à cette belle histoire que le destin leur a présentée ?

« Pas facile d’être une fille facile » par Anna Premoli aux éditions Lj – 12,90 euros.
Une comédie romantique comme on les apprécie, à l’écriture fluide, fraîche et enjouée à souhait, avec deux protagonistes touchants et attachants. Une lecture Idéale en cette période estivale.

Laisser un commentaire