L’assaillant présumé de Levallois, hospitalisé à Lille, toujours pas entendu par les enquêteurs

Gabriel MIHAI

Le suspect de l’attaque contre des militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), blessé par balle lors de son arrestation, était toujours hospitalisé le 10 août au CHU de Lille et n’était «pas audible» par les policiers.

Le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé officiellement ce mercredi après-midi devant l’Assemblée nationale qu’un homme suspecté d’être l’auteur de l’attaque qui a blessé six militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) en début de matinée a été arrêté sur l’autoroute A16, entre Boulogne-sur-Mer et Calais.

Hamou B., l’Algérien de 36 ans blessé de cinq balles lors de son interpellation par les Brigades de recherche et d’intervention (BRI) de Lille et de Rouen sur l’A16 dans le Pas-de-Calais, quelques heures après avoir blessé six soldats de l’opération Sentinelle à Levallois-Perret, est toujours hospitalisé au CHU de Lille.

Plusieurs dizaines de policiers et gendarmes armés ont emprunté la bande d’arrêt d’urgence pour rejoindre leurs collègues sur place, l’A16 étant bloquée dans le sens Boulogne-Dunkerque. L’assaillant a été interpellé. Il figurerait parmi les blessés. Il aurait été interpellé à bord de la voiture – une BMW noire – qui est recherchée depuis ce matin par les enquêteurs. Un hélicoptère s’est posé à proximité du lieu de l’arrestation.

Le policier blessé l’aurait été par une balle perdue et non par une éventuelle arme détenue par le suspect. Vers 17h20, les enquêteurs ont fait explosé la voiture du suspect. Le coffre et les portes du véhicules ont été soufflés dans l’explosion.

«Il n’est pas encore audible», a déclaré la source policière, précisant que l’homme, qui n’est pas fiché S, compte comme seul délit une infraction à la législation sur les étrangers. Il est actuellement en situation régulière.

Son état de santé ne permettant pas qu’il soit entendu par les policiers, sa garde à vue avait été rapidement levée le 9 août. Elle reprendra si les médecins jugent son état compatible avec cette mesure.

Les enquêteurs ont découvert l’identité de l’agresseur présumé lors de son interpellation «musclée», après plusieurs heures de fuite au volant de sa BMW de location, repérée «grâce à des renseignements humains et des vidéos», selon la source policière.

La police s’attache désormais à «exploiter les éléments» découverts lors des perquisitions effectuées le 9 août à son domicile de Bezons (Val d’Oise) et dans «d’autres points».

Laisser un commentaire