« Le fil à la patte », le chef d’œuvre de Feydeau revisité dans le Paris des années 50

Dès le lever de rideau, le ton est donné. Bienvenue dans les années 50 ! Alors qu’il est sur le point d’épouser la fille de la Baronne Duverger, Fernand de Bois d’Enghien n’a qu’une idée en tête : se débarrasser une fois pour toute de sa maîtresse Lucette, chanteuse en vogue et icône quelque peu sulfureuse des nuits parisiennes, elle-même follement désirée par le général mexicain Irrigua.

Mais comment lui annoncer qu’il souhaite mettre un terme définitif à leur relation, tout cela, dans le seul but de pouvoir s’unir à une jeune et riche héritière ? Mais une pléiade de quiproquos, mensnges et de rebondissements dus à l’intervention de protagonistes plus désopilants les uns que les autres, vont malmener l’opportuniste dans sa motivation.

Ce faux noble aristocrate va alors tomber dans une spirale infernale va mettre à mal son projet sournois. Les rires sont forcément au rendez-vous de cette farandole de situations improbables, toutes aussi cocasses qu’hilarantes, jouées de mains de maîtres par une troupe complice portée par Catherine Jacob. Le classique de Feydeau se voit dépoussiéré par une scénographie originale sur le ton vif du french cancan, incluant judicieusement dans le décor de la vidéo interactive très bien orchestrée.

« Un fil à la patte », le vaudeville burlesque de Georges Feydeau revisité et très rythmé, mis en scène par Christophe Lidon – Avec les brillantes interprétations de Catherine Jacob, Christelle Reboul ou Noémie Elbaz, Jean-Pierre Michael, Marc Fayet, Adèle Bernier, Bernard Malaka, Patrick Chayriguès, Cédric Colas, Stéphane Cottin – Pour ne pas perdre le fil, direction le Théâtre Montparnasse (Paris XIVe) que cela se passe – Tous les jours à 20h30 sauf dimanche et lundi, Samedi représentation supplémentaire à 17h. Sous-titré en anglais.

Laisser un commentaire