Le Jardin paradisiaque de la Kolymbetra dans la Vallée des Temples en Sicile

Après avoir admiré les majestueux temples grecs d’Agrigente, célébrés par le philosophe Empédocle et le poète Pindare, il faut s’armer de courage pour découvrir le Jardin de la Kolymbetra.

On y parvient en suivant la formidable muraille bâtie sur la crête de la colline, jusqu’à l’extrémité du site.
A l’origine, c’était une immense vasque de 5ha creusée par les prisonniers carthaginois afin de servir de vivier à poissons pour la cité grecque.

Elle était et est toujours alimentée, 2500 ans après, par un petit torrent bordé de roseaux, de saules, de tamaris, d’euphorbes et de palmiers nains.
Le lieu fut ensuite transformé en verger, devenant un jardin des délices.
Selon la culture arabe, le « jardin » représente à la fois la richesse des fruits et la beauté de la luxuriance.

Au XIXème et XXème siècle, le Jardin vit une période de grande splendeur, devenant une des destinations du Grand Tour, voyage d’éducation aristocratique effectué par les jeunes gens des plus hautes classes de la société européenne et destiné à parfaire leur éducation.

En 1980, le jardin fut abandonné par manque d’approvisionnement en eau.
C’est en 1999 que le FAI, Fonds pour l’Environnement italien, lui a redonné son ancienne splendeur en restaurant l’antique système d’adduction d’eau, pour le rouvrir au public en 2001.

Le FAI est une Fondation privée qui, depuis 1975, contribue à la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine artistique, naturel et paysager italien.

Aujourd’hui, c’est une oasis envahie d’orangers, citronniers, mandariniers, amandiers, figuiers, pistachiers, cognassiers, grenadiers, bananiers, limettiers, bergamotiers, mûriers, pommiers, poiriers, …

On y vient pour s’y promener au calme – seul le chant des oiseaux rompt le silence du lieu – humer le parfum des fleurs, lire ou déguster la confiture préparée avec les fruits du jardin.

Durant tout l’été, il est le siège d’expositions, de réceptions, d’évènements musicaux et gastronomiques.

 

Laisser un commentaire