Les préparatifs du centenaire de la fin de la Grande Guerre présentés au Salon du Tourisme

La Somme était présente au Salon du Tourisme pour présenter les préparatifs de la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

2018 est l’année du centenaire de la fin de la Grande Guerre. A cette occasion, le département de la Somme ouvre les différents sites de la première guerre mondiale notamment ceux qui ont accueilli les troupes venues du monde entier.

Pur la bataille de la Somme, 30 nations provenant pour la plupart des Empires coloniaux étaient aux côtés des forces alliées.

Pour la France et son ex empire, on retrouvait dans ses rangs le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Vietnam, le Sénégal, Madagascar, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc.

Pour le Royaume uni et son ex empire, les pays du Commonwealth tels que l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, Terre Neuve, la Nouvelle-Zélande, l’Inde, la Birmanie, le Pakistan, la Barbade, la Rhodésie et la République d’Irlande.

D’autres pays étaient présents comme la Russie, la Chine, l’Egypte, la Belgique l’Italie ainsi que l’Espagne, la Suisse, la Suède, la Roumanie et le Monténégro à titre individuel.

La bataille de la Somme commencée en 1916 a pour spécificité d’être une bataille internationale à l’inverse de Verdun qui opposa particulièrement la France et l’Allemagne. Sur un front de 45 km, plus de 3 millions d’hommes se sont affrontés de juin 1914 à novembre 1918.

Suite à l’offensive allemande de Verdun, une des plus meurtrière de ce conflit avec   environ 300 000 morts ou disparus et 400 000 blessés issus des deux camps, l’armée britannique  prend la tête des commandements. S’en suit la tragique attaque française du Chemin des Dames en 1917 qui se solde par un échec mais après la bataille du 31 octobre où les pertes de l’Allemagne sont conséquentes (35 000 tués, disparus et blessés contre 17 000 morts, 20 000 disparus et 65 000 blessés côté français), cette dernière se replie derrière une nouvelle ligne de défense quittant le Chemin de Dames.

En mars 1918, les allemands décident d’une nouvelle contre-attaque avec les opérations « Michael » et « Georgette » qui se termineront par un échec et de nombreuses pertes humaines dont des portugais, des irlandais et des australiens. Au total, les britanniques ont perdu 236 000 hommes,  120 000 disparus chez les français et 348 000 pertes chez les allemands.

Les armées alliées renforcées en matériel et en hommes grâce à l’engagement des Etats Unis décident de lancer une offensive générale en Picardie et en Artois pour les français et les américains et en Flandres pour les britanniques renforcés par la présence de contingents australiens et canadiens.

Le 4 novembre, la ville du Quesnoy (Nord) est  libérée par les soldats néo-zélandais qui prennent d’assaut les remparts de Vauban à l’aide d’échelles…

Une semaine plus tard, l’armistice est signée le 11 novembre par les représentants alliés et allemands dans le wagon d’état-major aménagé du général Foch, dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne,  marquant la victoire des armées alliées et la capitulation de l’Allemagne.

Le départ des commémorations a été lancé par François Hollande en 2014 et se clôturera en 2018 par Emmanuel Macron. Le 11 novembre, les chefs d’état de tous les pays engagés dans ce conflit se rassembleront à Paris. Ce sera l’occasion de rappeler l’importance du « devoir de mémoire »et de visiter les départements, champs de bataille et cimetières à la mémoires de tous ceux tombés lors de ce conflit. Cette année sera un moyen pour la littérature, le cinéma et les musées de perpétuer le souvenir de tous les participants à commencer par les parcours organisés dans la Somme (Albert et son musée, son souterrain et la vie dans les tranchées, Amiens et sa cathédrale, Doullens et la salle du commandement unique, Villers Bretonneux  et le mémorial australien, Beaumont- Hamel et le mémorial terre- neuvien, Thiepval et le mémorial du Commonwealth.

Une attention particulière pour Pozières et ses mémoriaux dont le dernier depuis 2017  est réservé aux milliers d’animaux australiens tombés sur le champ de bataille ainsi qu’aux 9 millions d’animaux morts pendant la première guerre mondiale.. Par ailleurs, tous les 2 ans, l’association Digger -cote 160 organise un grand spectacle sons et lumières, fresque historique sur la vie du village de Pozières pendant la bataille de la Somme en 1916.

Une autre originalité, le cimetière chinois de Nolette à Noyelles- sur-Mer en baie de Somme non loin du Crotoy et de St Valery-sur-Somme où reposent 814 hommes ayant fait partie du Corps des travailleurs chinois arrivés en 1917 au nombre de 54 000 et passés à 96 000 au moment de l’armistice. Il en restait encore 80 000 en mai 1919.

En 1919, le nombre des tombes des soldats allemands a été recensé, la plus importante nécropole allemande de la Somme se trouve à Vermandovillers avec 26 000 corps.

Pour plus d’informations, il est possible de contacter l’office du tourisme de mémoire (www.somme 14-18.com)

Laisser un commentaire