L’hommage au journaliste Jan Kuciak, assassiné alors qu’il enquêtait sur la mafia

GABRIEL MIHAI

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bratislava et dans d’autres villes de Slovaquie en mémoire du journaliste d’investigation Jan Kuciak.

Près de 15.000 personnes ont rendu hommage dans la capitale au journaliste slovaque Jan Kuciak et sa compagne Martina Kusnirova, assassiné alors qu’il enquêtait sur la mafia.

Jan Kuciak, était spécialisé dans les enquêtes sur des fraudes fiscales et des détournements de subventions.
Les corps de Jan Kuciak, de 27 ans, et de sa compagne Martina Kusnirova, ont été découverts le week-end dernier à leur domicile de Velka Maca, à 65 km à l’est de la capitale Bratislava.

L’ultime enquête du journaliste, publiée après sa mort, se penchait sur d’éventuels liens entre des hommes d’affaires italiens et la mafia dans l’est de la Slovaquie.

Sa mort a suscité un mouvement de colère dans l’opinion slovaque et a fragilisé le gouvernement de coalition dirigé par Robert Fico, le parti Most-Hid, membre de la coalition, ayant réclamé sans succès les démissions du ministre de l’Intérieur Robert Kalinak et du chef de la police Tibor Gaspar.

Mr Andrej Kiska, le président de la République, s’est joint aux manifestants, estimés entre 15.000, qui ont marché dans les rues de Bratislava malgré les températures glaciales derrière une bannière proclamant «qu’une attaque contre des journalistes = une attaque contre nous tous».

Les manifestants, qui ont défilé pour la plupart en silence, brandissaient aussi des photographies des deux victimes. Des rassemblements similaires ont eu lieu dans une dizaine d’autres villes du pays.

L’assassinat de Kuciak est le cinquième meurtre d’un journaliste au cours de la décennie écoulée au sein de l’UE, selon Reporters sans Frontières (RSF).

En octobre, la journaliste Daphne Caruana Galizia a été tuée dans l’explosion de sa voiture dans le nord de Malte alors qu’elle enquêtait sur des affaires de corruption impliquant des responsables politiques du pays.

L’agence de presse Ansa a rapporté jeudi que ces suspects avaient été signalés par le passé aux autorités slovaques par les services des procureurs anti-mafia de Calabre.

Laisser un commentaire