L’île de Rhodes, des Doriens au kitesurf

GÉRARD CROSSAY

Une fois que l’on a visité la cité médiévale de Rhodes, il est intéressant de découvrir l’île elle-même.

300 jours d’ensoleillement annuel, un des records en Europe, ce qui attire les touristes du monde entier, surtout les allemands et les anglais.

Hors saison, on peut profiter du calme des villages de l’intérieur. Au centre et à l’ouest, on trouve une végétation de contrées tempérées, platanes, érables, pins, cyprès, cèdres, dans un paysage montagneux. La côte est, plus abritée du vent fréquent dans les îles du Dodécanèse, regorge de plages de sable et de criques aux eaux calmes : Tsampika et sa longue plage de sable entourée de falaises, Charaqui, petite baie au pied de la forteresse médiévale de Feraklos, Ladiko, crique minuscule, surnommée la plage “Anthony Quinn” car ce fut un des lieux de tournage du célèbre film “Les Canons de Navarone”.

Quelques sites tout particulièrement intéressants :
– la cité dorienne de Kamiros en surplomb au-dessus de la mer
– Lindos, la ville blanche aux vestiges antiques et aux rue étroites réservées aux piétons et aux ânes-taxis
– Monolithos et son fort bâti sur un rocher en à pic sur la mer, tout comme le château de Kritinia
– Epta Piges, site de verdure et de fraîcheur paradisiaque avec ses 7 sources qui alimentent un torrent dévalant sous les pins
– Prassonissi, la pointe extrême sud de l’île, très sauvage, spot renommé pour les kitesurfers et les windsurfers qui y viennent du monde entier pour s’entraîner sur deux baies toujours ventées, séparées par une étroite langue de sable reliant une île au rivage.

Très souvent, au bord des routes, dans une petite cabane ou à l’arrière d’un pickup, une personne du village voisin vend des produits locaux de grande qualité, miels de thym ou bruyère, également des fruits au sirop, raisins, figues, châtaignes, bergamotes, des confitures, de l’huile d’olive, des vins, des herbes aromatiques …

Il faut connaître le mot magique “dopio”, signifiant “local”, gage de qualité, de petites productions, du vrai bio-circuit court-équitable.
Ces trésors se trouvent aussi dans les “minimarkets”, très nombreux dans l’île avec aussi une multitude de petits “supermarkets”, bien pratiques pour les voyageurs.

Partout aussi, placées dans les lieux les plus beaux, des tavernes aux tonnelles vertes et fleuries où l’accueil est chaleureux et simple.
“Kalo taksidi”, bon voyage à Rhodes.

 

Laisser un commentaire