L’importance de la religion dans l’édification d’une société de paix

La Fondation roumaine pour la démocratie, avec le soutien du gouvernement roumain, en collaboration avec l’Institut des hautes études pour la culture et la civilisation du Levant, le Sénat roumain et le ministère des Affaires étrangères, l’Alliance des religions pour la paix (HWPL), le Centre international de la mer Baltique et de la mer Noire, la Coalition interparlementaire pour l’éthique mondiale, l’Université de Bucarest, l’École nationale d’études politiques et administratives  se sont réunis lundi le 1er avril, afin de construire une société en paix grâce à l’importance de la religion.

Le président de l’Institut des hautes études pour la culture et la civilisation du Levant, Emil CONSTANTINESCU, ancien président de la Roumanie de 1996 à 2000, a ouvert la conférence internationale consacrée à la culture et à la religion dans la société, réunissant plus de 175 pays, anciens chefs d’État et représentants de religions, dans un but bien défini, “l’importance et l’édification d’une société fondée sur les cultures religieuses pour une paix totale dans un monde moderne et athée ou fanatique”.

Parmi les invités ont pris part au discours:
Dr. Adrian LEMENI, Faculté de théologie orthodoxe, Université de Bucarest;
Pr. Wilhelm DANCĂ, doyen de la Faculté de théologie catholique;
Pasteur Viorel DIMA, expert de l’Association pour la liberté religieuse à Zurich;
Père Valentin ILIE, Centre d’études et de dialogue inter-religieux et interculturel;
Dr. Laurenţiu TĂNASE, Faculté de théologie orthodoxe, Université de Bucarest;
Amir AZIZ, imam de la communauté islamique allemande;
Vaidya NATHAN, secrétaire générale de la communauté hindoue d’Allemagne;
Man Hee LEE, président de l’Alliance des religions pour la paix (HWPL, Corée du Sud);

Le professeur Adrian LEMENI a expliqué la valeur de la religion et son importance pendant des siècles sur le territoire roumain, qui apportait une contribution à l’unité et à la sensibilité pour la société, mais qui revêtait une importance considérable dans la culture et le soutien des chrétiens en Roumanie, indépendamment du les difficultés rencontrées au cours des siècles passés.

L’importance dans la société d’être chrétien est un soutien spirituel et moral, ainsi qu’un soutien pour un meilleur développement, une valeur qui apporte la paix, construit un parcours de vie mais également un soutien de la civilisation humaine et de l’histoire.

Depuis des siècles, la Roumanie a connu des moments difficiles, quel que soit le système politique où la religion a joué un rôle extrêmement important dans la vie sociale et dans la société roumaine depuis le deuxième siècle, lorsque la religion est devenue le centre de la souveraineté du peuple depuis l’époque des ancêtres, ” Geto-Dacian “.

Pour le pasteur Viorel DIMA, expert de l’Association zurichoise pour la liberté de religion, le communisme a plongé son ère dans les souffrances  où, pour tout moment religieux, il fallait se cacher et même transiger avec le pouvoir dictatorial. On devait être inscrit dans l’agriculture collective pour  pouvoir être libre de pratiquer sa religion.

Amir AZIZ, imam de la Communauté islamique allemande, a parlé de la liberté et de l’intégrité de la société d’aujourd’hui, de la possibilité de construire une société libre et pacifique avec des valeurs à suivre, en harmonie avec toutes les religions du monde, une unité profonde sans fanatisme et sans discrimination, alors que la paix est souhaitée pour tous afin d’avoir une fraternité.

Vaidya NATHAN, secrétaire général de la communauté hindoue d’Allemagne, a pour sa part expliqué comment il était entré en contact avec chaque religion et même avec les autorités pour réussir à instaurer la paix dans la société actuelle, une société extrêmement confuse, une société qui a besoin de paix, où  des résultats s’inscrivent d’année en année. Man Hee LEE, président de l’Alliance des religions pour la paix (HWPL, Corée du Sud), explique à son tour quels sont ceux qui existent de nos jours, et à cause de son athéisme ou de son fanatisme, la société est dans un manque de paix.

LEE estime qu’il est bon d’avoir une culture religieuse, un espoir, un soutien, mais il ne soutient pas l’influence de la culture religieuse, la force dans la famille, certaines entraînant la guerre et aucune paix, comme le souhaite chaque parent.
Et pourquoi? Parce que la conversion forcée est une détresse, une désintégration et même une désintégration familiale fondée sur le fanatisme et le manque de culture éducative au sein de la société quant à la manière dont la religion doit être pratiquée en n’ imposant à quelqu’un d’en suivre une.

“Cessez, cessez vos souffrances! Sans obligation, sans désunion, prêts à une conversion forcée en famille et à la destruction de la paix dans notre culture et notre religion, arrêtez, arrêtez, mettez fin à cette douleur inutile, recherchez la paix.”

La culture et la religion ont un point commun: appeler à la paix, la liberté et la décision. Aujourd’hui, de nombreuses familles imposent, à travers une culture familière construite dans le fanatisme religieux, une conversion forcée aux jeunes et les soumettent à la souffrance, à la peine même à la mort, en raison du fanatisme religieux; un signal d’alarme et une alerte internationale, tirés par le président de HWPL lors de la conférence de paix internationale à Bucarest.
C’est un appel à l’unité et à la paix, à la socialisation et à la cohabitation religieuse pour la paix dans la société, mais aussi la lutte contre l’athéisme qui a aujourd’hui une ampleur par manque de culture.

Le débat du lundi 1er avril a eu une excellente ampleur dans laquelle chaque religion a cherché à combattre l’indifférence en appelant à l’unité et la paix et à lutter contre l’athéisme dans la société moderne.

Laisser un commentaire