Michel Frenna est Salvatore Vrogen

« L’amour c’est comme un refrain, ça vous glisse entre les mains, ça se chante et ça se danse et ça revient ça se retient comme une chanson populaire ». Ces paroles de Claude, François Salvatore Vrogen, auraient pu sans nul doute les interpréter. Cheveux gominés, chaussures vernis, bagues aux doigts et guitare en bandoulière, il est chanteur de variété romantique aux neuf millions d’albums vendus. Le succès et lui ne font qu’un. Ses concerts se jouent à guichets fermés. Récompensé par quatre disques d’or, l’enfant du rock’n’roll et de l’amour, fan d’Elvis, quitte ses contrées flamandes qui lui sont acquises pour aller conquérir le public français dans le cadre d’une tournée exceptionnelle. Oui, mais voilà …il n’y est pas connu. Habitué aux salles de 4000 places, c’est une toute autre réalité qui l’attend. Le soir de son concert, manquent à l’appel ses musiciens. En panique le chanteur populaire autodidacte aux intonations chantées d’Eddy Mitchell et aux postures à la Depardieu ? Absolument pas. La vedette désenchantée va faire ce qu’elle sait, en fin de compte, faire le mieux : parler.

Égalité des sexes, couple, rapport homme/femme, personnes âgés, showbiz, … pendant plus d’1h, il passe au crible les sujets qui le taraudent et pousse même la réflexion dans ses retranchements quant aux changements de notre société. « La France c’est l’Eldorado du 3ème âge », « Les vieux c’est une génération qu’il faut protéger. Ils ont connu un monde de fou, ils ont connu le premier homme sur la Lune », « Je suis un chanteur engagé, donc je suis contre la guerre », « Les slows, c’est fantastique. Ce sont les fondations d’une relation stable et sordide. C’est le symbole important de l’amour ». Derrière la caricature du chanteur has been, le comique à l’univers décalé, ose et s’amuse de tout. Le kitch, les compositions ringardes ne sont au final qu’une dédicace nostalgique aux années 70.  Alors, avec de l’amour, de l’humour et du rock’n’roll, la vie est plus folle, n’est-il pas ?

« Michel Frenna est Salvatore Vrogen », un one man show sans filtre de Michel Frenna dédié à la variété française, sur une idée originale d’Elodie Poux, mis en scène par Antoine Lhonoré-Piquet où l’humour y est effronté et le verbe légèrement incisif – Un seul en scène divertissant qui demande encore un peu d’ajustement et de rodage pour être parfaitement à point, qui joue les prolongations au Théâtre BO Sant Martin (Paris XIème) tous les mardis à 19h30 – Réservations : 01 42 71 50 00

Teaser : https://vimeo.com/288344507/03db7db583

Laisser un commentaire