Ouragan Irma : 19 morts dont neuf dans les îles françaises, un bilan provisoire

Gabriel MIHAI

Rétrogradé en catégorie 4 ce vendredi, le cyclone Irma reste toujours extrêmement dangereux et prend désormais la direction de la Floride. Selon le ministère de l’Intérieur, le bilan provisoire de son passage dans les îles françaises des Caraïbes est de neuf morts, sept disparus et 112 blessés.

Irma, rétrogradée en catégorie 4 vendredi matin, a finalement repris de la vigueur dans la nuit de vendredi à samedi, retrouvant son niveau 5, le plus élevé, à l’heure de frapper Cuba. Après avoir fait au moins 19 morts durant son passage sur les Caraïbes depuis mercredi, l’ouragan a abordé Cuba par l’archipel de Camaguey à 03h00 GMT samedi, avec des rafales à 260 km/h, selon le Centre national américain des ouragans (NHC).

Avant l’arrivée d’Irma, des pluies diluviennes s’étaient déjà abattues sur l’île, où un million de personnes ont été évacuées par précaution. Dans les zones touristiques de la côte nord de Cuba, plus de 10’000 touristes étrangers et plusieurs milliers de vacanciers cubains ont été transportés en lieu sûr, et la capitale La Havane était en état d’alerte.

Des ordres d’évacuation obligatoires ont été donnés pour au moins un million de résidents de Floride, mais certaines estimations sont beaucoup plus élevées. Des centaines de milliers d’automobilistes se sont jetés vendredi sur les deux autoroutes surchargées qui longent les côtes du «Sunshine State», pour fuir vers le nord.

Parmi les 112 blessés recensés, une quinzaine ont été évacués dès jeudi soir vers le CHU de la Guadeloupe, notamment « des victimes de traumatismes physiques, traumatisme crânien, orthopédiques, traumatisme des membres » ou encore « une femme qui avait accouché pendant ou après l’ouragan » d’une petite fille prématurée, selon le directeur du Samu en Guadeloupe.

Le coût des dévastations provoquées par l’ouragan Irma aux Antilles françaises devrait être « bien supérieur » à 200 millions d’euros, a estimé ce vendredi la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), le réassureur public spécialisé dans les catastrophes naturelles. Les agents de l’organisme public attendent désormais la réouverture des aéroports de Saint-Martin et Saint-Barthélemy pour assister les victimes dans les procédures d’indemnisation, qui devront attendre 2 à 3 mois avant d’être remboursés. La déclaration de catastrophe naturelle dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy devrait être signée ce vendredi.

Sur place, plus aucune production d’eau potable n’est possible sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, et le retour à la normale devrait prendre « plusieurs mois », a indiqué Veolia, en charge de l’approvisionnement en eau potable sur les deux îles. L’électricité est également toujours coupée, l’essence indisponible, et une partie des routes inondées ou envahies par des tonnes d’épaves et de débris de toutes sortes. Du côté des secours 455 membres des forces de sécurité sont en cours d’acheminement vers Saint-Martin, et un contingent de 187 personnes viendra les renforcer d’ci samedi, d’autant qu’un nouveau cyclone classé en catégorie 3 baptisé « José » est en approche et risque de frapper à nouveau la zone samedi.

 

Laisser un commentaire