Paris sous la neige, sports d’hiver pour les Parisiens

GÉRARD CROSSAY

12 cm de neige dans la capitale!

Et une très belle neige qui crisse sous les pieds du fait du grand froid qui s’est abattu sur le nord de la France.

Exceptionnel? Pas vraiment.
Déjà 12cm le 8 décembre 2010, 16 cm le 16 janvier 1987, 20 cm le 12 janvier 1966, 40cm le 1er mars 1946.

Un « nouvel épisode neigeux », pour reprendre les termes des bulletins météo en boucle des chaînes – qui d’ailleurs les recommandent pour circuler avec sa voiture – est prévu vendredi.
Vu le précédent de 1946, il est annoncé 40cm … peut-être plus.

Principe de précaution.
Pour les Parisiens qui, par imprévoyance, auraient omis d’équiper leur véhicule de pneus neige, les pouvoirs publics recommandent vivement l’utilisation des transports en commun pour se rendre sur les différents spots.

Vous pouvez ainsi prendre le métro et descendre dès que vous voyez « Pyrénées ».
L’enneigement y est excellent.
Il faut ensuite marcher difficilement dans une neige profonde jusqu’aux pistes des Buttes Chaumont.

Avec ses pentes abruptes, c’est la meilleure station, équipée de pistes allant des vertes aux noires.
Le climat y est particulièrement glacial. Nous sommes plein est, tout près du plus haut sommet de la capitale, là où, au 17ème siècle, avait été installé le Télégraphe, à 128m d’altitude, avec la station de métro éponyme.

Les skieurs confirmés peuvent y tester leurs aptitudes avant de s’attaquer aux pistes noires du Pic Montmartre qui culmine à 130m.
Des pères sont venus avec leur enfant et dévalent les pentes de façon endiablée avec des luges.

Des cris, des rires, des chutes spectaculaires mais sans gravité, chacun s’en donne à coeur joie.
Le patinage artistique sur le lac en contrebas est par contre interdit pour raisons de sécurité.

Une fois que l’on s’est bien dépensé, on va se réchauffer au chalet du Parc, le « Rosa Bonheur », avec des boissons chaudes et des collations revigorantes. Un vrai bonheur.

Mais des récriminations des riverains s’élèvent déjà.
Certains déplorent l’absence totale de dameuses pour améliorer la qualité des pistes.

Quant au Belvédère, il n’est même pas relié au Pavillon du Lac par un téléphérique ou par de simples cabines.
Pas même un restaurant d’altitude panoramique à son sommet.
Alors que Montmartre a son funiculaire et de nombreux restaurants d’altitude.

Une telle situation suscite des tensions entre les Buttes et beaucoup demandent pour ce site grandiose des équipements à la hauteur (en hauteur).

 

Laisser un commentaire