Patrimoine et tourisme culturel à l’honneur pour l’édition 2017 du Salon International du Patrimoine Culturel

GÉRARD   CROSSAY 

 

Quatre jours durant, début novembre, le SIPC a rassemblé au Carrousel du Louvre les professionnels de la restauration et de la sauvegarde du patrimoine bâti ou non bâti, matériel ou immatériel : 350 exposants de plus de 40 métiers différents qui ont tous en commun cet amour immodéré pour le patrimoine du pays, sa mise en valeur, sa protection et son respect.

Pour cette 23ème édition, l’accent était mis cette année sur les enjeux du tourisme culturel ainsi que sur les problématiques de préservation des sites patrimoniaux qui ont un rôle clé dans l’attractivité de l’Hexagone pour les touristes et font sa renommée à l’international.Notre pays a accueilli 83 millions de visiteurs en 2016.

D’ici la fin de l’année 2017, il devrait avoir accueilli aux alentours de 89 millions de touristes.Le secteur du tourisme génère 8% de notre PIB et représente 2 millions d’emplois directs et indirects. Restaurateurs d’objets anciens, artisans d’art de la serrurerie ou de la menuiserie, sculpteurs sur pierre, mosaïstes, miroitiers, paysagistes, fabricants de tuiles ou de peintures sont venus pour présenter leur métier, mais aussi pour transmettre au grand public l’amour qui les anime pour l’Histoire, le patrimoine et le travail bien fait. Leur travail, c’est embellir et restaurer mais aussi créer.

30% de l’activité est consacrée à la restauration, 70% à la création.
Le secteur des métiers d’art en France est évalué à 38.000 entreprises pour un
chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros.

80% sont des entreprises individuelles, ce qui est un handicap pour la formation.
Aujourd’hui encore, le secteur n’a ni reconnaissance de branche ni convention
collective.Il est cependant dynamique. Des start up voient le jour comme Iconem qui utilise les dernières technologies pour photographier et numériser en 3D le
patrimoine en danger. Des jeunes reprennent une entreprise familiale créée il y a plus de trente ans dans le milieu de la ferronnerie d’art.

D’autres entretiennent le savoir-faire séculaire de la restauration de peintures anciennes ou travaillent à l’entretien de vitraux et de coupoles.Ils travaillent pour des collectivités, pour des particuliers ou pour l’État.

Des fondations et des associations soutiennent le patrimoine privé, public, classé, inscrit ou non protégé, historique ou paysager. Fondation pour les Monuments Historiques, Fondation du Patrimoine, Vieilles Maisons Françaises, Maisons Paysannes de France, Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique en France, Petites Cités de Caractère, toutes contribuent activement à préserver et enrichir notre patrimoine.

 

Laisser un commentaire