Portes ouvertes de l’APHP: l’Unité de Chirurgie Ambulatoire de la Pitié- Salpétrière

A l’occasion de la journée portes ouvertes de l’APHP, samedi 26 mai  dans l’après-midi, de nombreux hôpitaux ont fait découvrir au grand public les dessous de leurs locaux mais aussi des musées cachés dans leurs enceintes.

Le 4 mai dernier, deux nouvelles unités de chirurgie ambulatoires multidisciplinaires ont été inaugurées à l’hôpital Cochin et à la Pitié- Salpétrière.

La chirurgie ambulatoire s’adresse à des patients dont la durée d’hospitalisation est inférieure à 12 heures, son développement est devenu une priorité nationale car moins coûteux pour la société et bénéfique pour la santé des patients.

Le taux de la chirurgie ambulatoire à l’APHP a connu une augmentation de 2% en une année, il est passé de 37 à 39% en février 2018 et on espère atteidre 50% d’interventions réalisées en chirurgie ambulatoire d’ci 2019. Le développement de la chirurgie ambulatoire  repose sur l’innovation continue dans les pratiques médicales et chirurgicales avec des risques limités et parfaitement identifiés et la qualité des soins proposés aux patients.

Des solutions de suivi à domicile des patients avant et après  leur opération permettent d’innover dans les prises en charge et de se tourner encore plus vers l’ambulatoire où chaque année 70 000 actes sont réalisés dans les 23 unités existantes de l’APHP où l’outil MemoQuest qui consiste à faire bénéficier aux patients d’un échange par sms avec les équipes soignantes avant et après l’hospitalisation.

La structure du nouveau bâtiment de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière dédié à la chirurgie ambulatoire a une superficie de 2 000 m² et se répartit sur 2 niveaux destinés uniquement à la chirurgie ambulatoire (rez-de -chaussée  réservé à l’accueil des patients et de leurs accompagnants de 7 à 19h du lundi au vendredi, à la logistique et aux bureaux et un premier étage qui regroupe 4 salles d’opération de 46 m² et une de 36 m² réservée en priorité à la pose de voies veineuses. On y trouve aussi une zone de préparation, une salle de surveillance post interventionnelle et une zone d’hébergement avec 5 box permettant d’accueillir les courts, moyens et longs séjours  Toutes sont dotées d’une programmation centralisée.

Ouverte en avril dernier et inaugurée un mois plus tard, l’unité compte accueillir 5 500 actes par an.  Pour sa réalisation, l’APHP a investi 9 millions d’euros (7,3 pour les travaux et 1,7 pour l’acquisition du matériel). Réalisé en l’espace d’un an   avec la collaboration des architectes et des équipes médicales formées à la chirurgie ambulatoire et pour le bien-être des patients, ce bâtiment repose sur un projet médical porté par les équipes médicales, paramédicales des pôles chirurgie, pneumologie,réanimation, anesthésie, gériatrie, urgences, explorations fonctionnelles respiratoires et sommeil (PRAGUES) de l’hôpital. Neuf spécialités  y sont impliquées

-urologie (chirurgie vésicale, prostatique,de l’incontinence, de la lithiase et fistules artéro-veineuses)

– orthopédie et traumatologie (arthroscopie du genou, de l’épaule, ligamentoplastie, prothèse totale de la hanche)

– chirurgie générale et endocrinienne (cure de hernie inguinale, ombilicale, cholécystéclomie)

– digestive et hépatobilaire (colectomie,  métastasectomie hépathique)

-vasculaire (cure de varices)

-cancérologie gynécologique et mammaire (tumorectomie, mastectomie, hystéroscopies, coelloscopies exploratrices)

-gynécologie-obstétrique

-chirurgie maxilo-faciale et odontologie (extractions et soins dentaires complexes chez l’adulte) ainsi qu’un département d’anesthésie-réanimation.

Le développement d’une chirurgie de pointe dans la chirurgie du cancer est aussi pris en charge en UCA notamment dans les spécialités de la thyroide, des surrénales et des parathyroides,

Il est attendu un robot dans le service d’ici la fin de l’année notamment pour la chirurgie robot-assistée en cas d’hystérectomie totale pour cancer de l’endomètre, prostatectomie radicale ou néphrectomie partielle. Avant l’ouverture de l’UCA, l’hôpital de la Pitié-Salpétrière a été le premier à réaliser en 2016 une hysterectomie par voie robot-assistée.

Le circuit du patient est primordial que ce soit avant, pendant ou après l’opération; des équipes paramédicales aux équipes anesthésiques et chirurgicales veillant sur lui de son accueil à sa sortie et son retour à domicile.

Une unité similaire à celle de la Pitié-Salpétrière a été réalisée à l’hôpital Cochin sur 1336 m², son coût est de 5,3 millions d’euros ; elle accueillera 6 000 patients par an dans 6 spécialités différentes  et  5 blocs opératoires.

Avec la chirurgie ambulatoire, de nouevaux métiers sont en perspective. L’APHP a créé en 2015 en collboration avec les université un MOOC (Massive Onlne Open Course) francophone consacré à la formation des professionnels de santé sur ses évolutions, bénéfices et modalités.

 

Laisser un commentaire