Prix Romy Schneider et Patrick Dewaere 2018

Les Prix Romy Schneider et Patrick Dewaere ont été décernés à l’Hôtel Lancaster lundi 11 juin après un an d’absence.

Depuis 1984, un prix est décerné chaque année à une comédienne, espoir du cinéma français ou francophone. Ce prix porte le nom de l’actrice allemande Romy Schneider décédée en 1982 Parallèlement, le Prix Patrick Dewaere, acteur français décédé en 1982, a remplacé depuis 2007 le Prix Jean Gabin décerné entre 1981 et 2006 et décerné tous les ans  au meilleur acteur espoir masculin. Les deux prix sont placés sous le haut patronage du Ministère de la Culture et de la Communication.

La première lauréate du Prix Romy Schneider fut Christine Boisson en 1984. Jusqu’à ce jour, on  en  compte 34 parmi lesquelles Juliette Binoche (1986), Vanessa Paradis (1990), Julie Gayet (1997), Mathilde (1999), Laura Smet (2004), Bérénice Béjo (2012) ou Lou de Laâge en 2016. Cette année, c’est Adeline d’Hermy qui a remporté le prix.

Côté masculin, le premier lauréat du Prix Jean Gabin créé par Louis de Funès en hommage à Jean Gabin décédé en 1976 a été Thierry Lhermitte en 1981; il sera suivi par d’autres grands noms du cinéma tels que François Cluzet ( 1984), Vincent Lindon (1989), Vincent Pérez (1992), Guillaume Depardieu (1996), Johnny Hallyday (2003)  ou Jérémie Rénier (2006). Désormais devenu Prix Patrick Dewaere, il sacra en 2008  Jocelyn Quivrin, décédé en 2009 suite à un accident  de la route. Depuis Gilles Lellouche (2011), Pierre Niney (2014) ou Vincent Lacoste (2016) furent consacrés. Cette année,l’argentin Nahuel Pérez-Biscayart a reçu le prix.

Adeline d’Hermy est une jeune comédienne est la filleule du comédien François Cluzet. Originaire de Noyelles-Godault dans le Pas-de-Calais, elle a suivi de cours de danse contemporaine au Conservatoire régional de Lille puis est descendue à Paris où elle s’est inscrite au Cours Florent puis en 2008 au Conservatoire national supérieur d’art dramatique où  elle interprète des pièces mises en scène par Alain Françon, Dominique Valadié ou Fanny Sidney et danse également dans un spectacle de Caroline Marcadé. En décembre 2010, elle devient pensionnaire de l’Académie Française et en devient 530ème sociétaire  le 1er janvier 2016

La trentenaire a aussi fait partie des révélations de la cérémonie des Césars en mars dernier. Elle s’était faite remarquer dans « Maryline » de Guillaume Gallienne où elle y tient le premier rôle, celui d’une jeune comédienne qui monte à Paris pour réussir. Avant cela, elle avait fait partie du générique du film de Jalil Lespert « Yves St Laurent » en 2014.

Avec 8 ans de carrière,  9 films et téléfilms tournés, en tant qu’espoir du cinéma français, Adeline d’Hermy se retrouve nommée pour le Prix Romy Schneider 2018 en compétition avec deux autres comédiennes, Camélia Jordana (Le Brio) et Laetitia Dosch (Jeune Femme). Lundi soir, à l’Hôtel Lancaster qui a accueilli de nombreuses stars du cinéma dont Marlène Diétrich qui y séjourna pendant 3 ans, le jury a récompensé Adeline d’Hermy. Elle succède à Lou  de Laâge.

Nahuel Pérez Biscayart est un acteur argentin né à Bunos-Aires. Rien ne le prédestinait à ce métier d’acteur puisqu’il a suivi des études d’électromécanique. Pourtant, il fréquente l’atelier théâtre et présente avec sa classe une pièce aux olympiades de Buenos Aires qui obtient le prix Révélation. Il tourne ensuite des « telenovelas » et son premier film pour lequel il est primé.

Il voyage ensuite autour du monde de New-York, en Europe où il rencontre Benoît Jacquot qui lui fait tourner en 2010 son premier film en France tout en faisant des courts-métrages avec son compagnon Edouardo Williams au Vietnam ou en Sierra Leone. En 2017, il est à l’affiche du film « 120 battements par minute » de Robin Campillo  (Grand Prix du Festival de Cannes 2017, Prix du Festival Européen du meilleur montage  2017 et New-York Films Critics Circles Awards du meilleur film en langue étrangère 2017). En 2018, il est récompensé par le César 2018 du meilleur espoir masculin pour « 120 battements par minute », et apparaît dans « Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel, plusieurs fois récompensé aux Césars 2018. Cette année. Il a aussi fait partie des quatre comédiens, espoirs du cinéma français qui sont mis à l’honneur pour leurs performances récentes lors du Prix Patrick Dewaere 2018; il remporte la   récompense avec  » 120 Battements Par Minute », « Au Revoir Là-haut » devant Finnegan Oldfield (Marvin Ou La Belle Éducation), Benjamin Lavernhe (Le Sens De La Fête) et Vincent Macaigne (Le Sens De La Fête.

Il a été membre du jury de la Semaine de la Critique lors du Festival de Cannes 2018 et membre du jury du 32e Festival du film de Cabourg 2018, présidé par André Téchiné.

 

Laisser un commentaire