Quand une fête populaire s’invite à l’Elysée

Benjamin Calmels

« L’Elysée fête la musique » : c’est en ces termes que le site internet éphémère du palais l’a annoncé le 16 juin dernier après que France Info a relayé l’information. Près de 1500 personnes ont eu la chance d’entrer dans l’enceinte de la Cour d’honneur et de danser au rythme de la musique électronique ce 21 juin 2018. Ces bienheureux, dont je fais partie, se sont pressés pour s’inscrire à cet événement exceptionnel et obtenir le précieux sésame.

Saluons l’organisation du personnel et des forces de l’ordre qui a permis une relative fluidité de la file d’attente malgré de nombreux contrôles ô combien nécessaires. Le rendez-vous est fixé au croisement de l’avenue de Marigny et de l’avenue des Champs-Elysées à 18h.

Un vent de fraîcheur et de jeunesse souffle à l’heure dite. Toutes les classes d’âge sont représentées et l’humeur générale est très joviale. Le soleil, bien que présent, ne parvient pas à contrebalancer ce petit air frais qui persistera tout au long de la soirée. Nous n’en tiendrons pas rigueur à l’été.

La musique résonne déjà hors les murs du palais. Il peut être surprenant, à priori, d’entendre le son des platines dans un lieu habituellement si protocolaire, où le président de la République accueille les chefs d’Etats étrangers. Mais il n’en est rien. En effet, il y a bien longtemps que la « French Touch » musicale française séduit un immense public et contribue à l’aura de notre pays à l’international. Emmanuel Macron l’a bien compris et a souhaité la placer sur ce piédestal symboliquement fort.

Etaient donc invités des artistes comme Chloé, Cezaire, Kiddy Smile, Kavinsky et Busy P à venir se produire sur une scène installée sur le perron de l’Elysée. L’acoustique s’est révélée excellente, de même que les jeux de lumière installés pour l’occasion. J’ai pu apercevoir Jack Lang, visiblement ravi. Le père de la Fête de la Musique peut être fier du chemin parcouru par cet événement devenu extrêmement populaire.

Brigitte Macron est venue saluer les curieux en début de soirée. Une buvette, installée pour l’occasion, nous propose des snacks et boissons sans alcool. On ne badine pas avec les règles. L’expérience est inédite, espérons qu’elle soit renouvelée l’année prochaine.

Laisser un commentaire