Roland-Garros: à 20 ans, la joueuse lettone, a obtene un cadeau, le titre du Grand Chelem

Gabriel MIHAI

Jelena Ostapenko a décroché son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem.

La Lettone, 47e joueuse mondiale, a remporté samedi le simple dames de Roland-Garros. En finale, Ostapenko a battu la Roumaine Simona Halep (WTA 4) 4-6, 6-4, 6-3. La rencontre a duré 1 heure et 59 minutes.

La jeune Balte, 20 ans depuis jeudi, est la première joueuse non tête de série à soulever le trophée depuis 1933 et la victoire de la Britannique Margaret Scriven.

Dans un tournoi très ouvert, en l’absence de Serena Williams, enceinte, et de Maria Sharapova, privée d’invitation, les chances de surprise étaient décuplées. Mais on n’imaginait pas Ostapenko terminer avec la coupe Suzanne-Lenglen entre les mains.

Face à la tête de série n°3, qui pouvait devenir numéro un mondiale en cas de victoire à Paris, Ostapenko a fait montre d’un incroyable sang froid. Menée 4-6, 0-3 et poussée au bord du gouffre par une Simona Halep toujours aussi solide, la Lettone a trouvé les ressources nécessaires pour renverser la vapeur. Et son tennis total – 54 fautes directes pour autant de coups gagnants – a fait le reste.

Jamais titrée sur le circuit principal, Ostapenko remporte donc son premier trophée à Paris, vingt ans après le premier des trois sacres de Gustavo Kuerten chez les hommes. Comme lui à l’époque, elle n’était pourtant pas tête de série au début du tournoi. Un fait d’autant plus historique qu’il faut remonter à 1933 et un succès de la Britannique Margaret Scriven pour voire une joueuse non-tête de série en début de quinzaine soulever le prestigieux trophée.

Halep, l’Ukrainienne Elina Svitolina, la Tchèque Karolina Pliskova ou encore la Française Kristina Mladenovic étaient citées parmi les prétendantes. Mais avec son jeu pétaradant et son insouciance, Ostapenko a tout renversé y compris Halep qui disputait sa deuxième finale Porte d’Auteuil, trois ans après sa défaite contre Sharapova.

Simona Halep a eu la partie en main, menant 6-4, 3-0 et se procurant même trois balles de 4-0. Elle a également eu l’avantage dans la troisième manche (3-1), mais à force de trop subir les offensives adverses (54 coups gagnants à 8 !) et de manquer de variations, la Roumaine a vu s’échapper une victoire qui lui semblait promise.

Elle échoue encore une fois en finale après 2014 et manque l’opportunité de devenir numéro un mondiale.

 

Laisser un commentaire