Six militaires de l’opération Sentinelle renversés par un véhicule, l’enquête confiée à la section antiterroriste

GABRIEL MIHAI

Un véhicule a renversé plusieurs militaires de l’opération Sentinelle, ce mercredi matin, place de Verdun à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Selon la préfecture de police de Paris, une intervention de police est en cours et un véhicule est recherché.

Vers 8 heures mercredi, une voiture a foncé sur des militaires de l’opération Sentinelle dans le centre de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. L’incident a eu lieu précisément sur la place de Verdun, devant un grand immeuble social situé à 200 mètres de la mairie. « Des militaires de l’opération Sentinelle sont sortis en rang pour faire leur tournée. Un véhicule BMW qui était prépositionné dans l’allée leur a foncé dessus au moment de retrouver leur véhicule », a déclaré le maire de la ville, Patrick Balkany, sur BFMTV. « C’est sans aucun doute un acte délibéré parce que ça s’est passé dans une voie qui est un cul-de-sac devant le casernement de ces militaires et ce véhicule, visiblement, attendait qu’ils sortent pour rejoindre leur véhicule et leur a foncé dessus », a-t-il ajouté.

Six militaires sont blessés, dont trois gravement, mais leur pronostic vital n’est pas engagé selon la préfecture de police. Aucun civil n’a été touché. « Nous savons que c’est un acte délibéré, ce n’est pas acte accidentel » a réagit le Ministre de l’Intérieur Gérard Colomb.

Sur place, un périmètre de sécurité a été installé. Plusieurs dizaines de policiers municipaux et des militaires de la mission Vigipirate se trouvaient au pied de l’immeuble, un bâtiment de 12 étages donnant sur un parc arboré. Au rez-de-chaussée de l’immeuble se trouve un local prêté par la mairie de Levallois aux militaires dans le cadre de la mission Vigipirate, a expliqué l’attaché de presse de la mairie.

Six militaires de l’opération Sentinelle ont été renversés. Selon un nouveau bilan communiqué par la ministre des Armées Florence Parly, trois d’entre eux ont été « plus grièvement » blessés, « sans que leur pronostic vital ne soit engagé ». Trois militaires ont été transportés à l’hôpital d’instruction des armées Begin, à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne. Les trois autres ont été conduits à l’hôpital militaire de Percy de Clamart. « Les secours sont arrivés très vite, leurs vies ne sont pas en danger », a précisé Patrick Balkany. Les militaires visés sont issus du 35e régiment d’infanterie de Belfort.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, et la ministre des Armées Florence Parly, se sont rendus au chevet de trois militaires blessés à l’hôpital Begin. « Les trois blessés que nous venons de voir sont très légèrement blessés. (…) Des égratignures au visage, aux mains, et aux bras. À Percy, les militaires ne sont pas gravement blessés comme nous avions pu le croire en début de matinée. Nous avons des nouvelles rassurantes sur leur état », a précisé la ministre des Armées.

Après deux heures d’observation et de travail, où les enquêteurs ont pris le temps d’entendre les victimes, la section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête, ordonnée notamment pour « tentatives d’assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste ». Elle a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet dans un communiqué.

Les enquêteurs cherchent à présent à identifier le conducteur. Ils exploitent pour cela les bandes de vidéosurveillance municipale. Selon Patrick Balkany, les images n’ont pas permis de distinguer son visage. Une course contre la montre s’enclenche pour retrouver le fugitif.

Après l’attaque de six militaires mercredi matin à Levallois-Perret, les élus de tous bords réagissent. Anne Hidalgo (PS), maire de Paris, exprime son soutien aux « six militaires de Sentinelle blessés à Levallois-Perret ». Valérie Pécresse (LR), présidente de la région Ile-de-France apporte également son « soutien total aux militaires » comme le député des Hauts-de-Seine, Thierry Solère (LR). Roger Karoutchi (LR), sénateur des Hauts-de-Seine, exprime sa « pensée pour les six soldats ». Céline Calvez, députée LREM de la circonscription des Hauts-de-Seine, écrit aussi sa « pensée spéciale aux deux militaires blessés ».

C’est la deuxième attaque visant des militaires de l’opération Sentinelle en moins d’une semaine. Après l’interpellation d’un homme armé au pied de la Tour Eiffel, ce sont des militaires en patrouille dans le cadre de l’opération Sentinelle qui ont été renversés par une voiture, mercredi 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Les investigations ont été confiées à la Direction centrale de la police judiciaire (DRPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dont les locaux sont situés à quelques encablures des lieux de l’attaque.

L’opération Sentinelle mobilise 7.000 soldats en permanence sur le territoire national. Elle est en place depuis les attentats de janvier 2015. À l’origine, ces militaires étaient chargés de protéger des sites sensibles, tels que des lieux de culte et des quartiers hautement touristiques. Leur mission a été adaptée et leur permet de faire plus de patrouilles, afin que leurs déplacements soient moins prévisibles.

Laisser un commentaire