Un tiers des écoles repasse à la semaine de quatre jours dans des communes rurales

GABRIEL MIHAI

Selon les chiffres officiels du ministère de l’Education, près d’un tiers des écoles primaires a choisi le retour à la semaine de quatre jours à la rentrée prochaine.

La semaine obligatoire de quatre jours et demi, mise en place sous le précédent quinquennat, aura fait long feu : dès la rentrée de septembre, près d’un tiers des écoles primaires de France reviendront à la semaine de quatre jours, avec le mercredi libre, selon les chiffres annoncés ce mardi par le ministère de l’Education.

Selon le ministère de l’Education nationale, un tiers des écoles françaises (31,8%), majoritairement situées dans des communes rurales, a choisi de repasser à la semaine de quatre jours dès la rentrée prochaine.

En tout, ce sont 31,8% des écoles primaires du pays qui ont saisi l’opportunité permise par un décret publié début juin, permettant à chaque commune de décider si ses écoles reviendraient ou non à l’ancien rythme scolaire. Ces écoles représentent 28,7% des écoliers scolarisés en France.

Selon le ministère, ce sont avant tout des “communes rurales” qui ont profité de “cette liberté nouvelle”. Mais pas seulement : dans le Var et les Alpes-Maritimes, les grandes villes (Antibes, Cannes, Nice, etc.) ont pris également cette décision, tout comme Dunkerque et Calais dans le nord.

Ce retour aux quatre jours pour certains et pas pour d’autres devrait permettre au ministère d’évaluer les différentes organisations du temps scolaire”, pour obtenir au final “un progrès dans l’organisation des activités périscolaires par la coopération entre les communes, l’Éducation nationale et les structures de la jeunesse et de la vie associative”, explique le ministère.

Quatre ans à peine après la mise en place de la réforme des rythmes scolaires et le psychodrame qui l’avait accompagnée, la semaine de quatre jours sera finalement de retour dans un tiers des écoles de France dès la rentrée 2017. C’est ce qu’a annoncé ce 18 juillet le ministère de l’Éducation nationale.

Conformément aux promesses de campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, les écoles et les communes se sont en effet vu proposer – via un nouveau décret sur le sujet publié le 28 juin -, la possibilité de déroger à la semaine de quatre jours et demi instauré en 2013 par Vincent Peillon. Une dérogation qui «donne davantage de souplesse aux acteurs de terrain afin de répondre le mieux possible aux singularités de chaque contexte local, dans le souci constant de l’intérêt des élèves», indique le ministère dans un communiqué. «Les rythmes scolaires doivent pouvoir être aménagés à la réalité de chaque territoire, permettant de maintenir la semaine de quatre jours et demi là où cette organisation est satisfaisante», ajoute-t-il.

«Plutôt des communes rurales», précise le ministère. S’ils sont très disparates d’une académie à l’autre, les taux de passage à quatre jours laissent entrevoir une appétence plus forte dans les départements ruraux. L’académie de Corse arrive en tête (avec 96% des écoles qui basculeront vers la semaine de quatre jours, dont celles d’Ajaccio), suivie de Nice (84%), Lille (57%), Aix-Marseille (54%) ou Montpellier (53%).
Quelques communes de plus de 50.000 habitants ont cependant opté pour ce changement de rythme. Parmi elles, Chelles (77), Tourcoing, Dunkerque, Montpellier, Perpignan, Toulon, Sarcelles, Sartrouville ou encore Versailles.

Quelles communes reviennent à la semaine de quatre jours ?

 

En Ardèche (07)
Dans les Ardennes (08)
Dans le Calvados (14)
En Charente (16)
En Charente-Maritime (17)
Dans le Cher (18)
En Corrèze (19)
En Côte-d’Or (21)
Dans le Doubs (25)
Dans la Drôme (26)
Dans l’agglomération de Bordeaux en Gironde (33)
Dans l’Hérault (34)
Dans l’Indre (36)
En Indre-et-Loire (37)
Dans la Loire (42)
Dans le Loiret (45)
Dans la Manche (50)
Dans la Marne (51)
En Meurthe-et-Moselle (54)
Dans l’Orne (61)
Dans les Pyrénées-Atlantiques (64)
Dans les Pyrénées-Orientales (66)
Dans le Bas-Rhin (67)
Dans le Haut-Rhin (68)
En Haute-Saône (71)
Dans les Vosges (88)
Dans l’Yonne (89)
Dans le Territoire de Belfort (90)

Laisser un commentaire