Tricia Evy: La nouvelle diva du jazz…biguine, demain en concert

Si vous aimez le jazz, vous ne pourrez qu’apprécier la voix d’exception de Tricia Evy. Ses modèles que sont Ela Fitzgerald, Billie Holiday, Louis Armstrong, Stan Getz et Mel Tormé seraient fiers de celle qui n’est autre que leur droite héritière. Mais qui est donc cette nouvelle étoile du jazz ?

Les Caribéennes de Mai Festival au Baiser Salé, vous invite à découvrir les 120 chanteurs dans 40 concerts, y compris la grand chanteuse de jazz Tricia Evy et subitement comme un goût d’été, voici venu le temps de chalouper au printemps…

Des plus expérimentés aux jeunes pousses en vogue, plus d’un mois sous le signe du KREYOL DJAZ !!
Biguine, Mento, Calypso, Cha Cha, Mambo, Danzon, Merengue, Go Kwa, Kompas, Descarga,…Toute la richesse des musiques Créoles et Caribéennes s’exprime au laboratoire des musiques métissées.. ! Une tradition plus vivante que jamais.

Tricia Evy, refait 2 sessions soirée Zouk Rétro au Baiser Salé le 11 Mai, lors des Caribéennes de Mai, cette fois elle va être accompagnée par David Fackeure (Piano), Elvin Bironien (Basse), Ralph Lavital (Guitare), Thibault Hien (Saxophone), Laurent-Emmanuel Tilo Bertholo (Batterie).

Guadeloupéenne d’origines, Tricia a toujours eu la musique dans le sang. Très jeune, elle écoute Patrick Saint Eloi du groupe Kassav et Georges Brassens.

C’est en arrivant en France qu’elle va se passionner pour le jazz et en faire son art d’expression. Elle aurait pu continuer comme ses pères dans cette voie dans laquelle elle excelle en interprétant standards et compositions personnelles (albums « Beginning » en 2010 et « Meet Me » en 2013), mais Tricia fait une découverte qui va donner un autre sens à sa musique.

Le pianiste de renom David Fackeure (également compositeur et arrangeur) ainsi qu’un collectionneur lui font écouter des chefs-œuvres de la biguine. C’est une révélation. Il lui faut réhabiliter ces morceaux, patrimoine de la culture antillaise. Marier avec subtilité ces deux univers devient alors une évidence et son crédo. Résultat ?

Un répertoire original qui l’a fait voyager à travers le monde, lui permettant de se produire sur de nombreuses scènes et de participer à de prestigieux festivals (le Manly Jazz Festival à Sydney, Devonport Jazz Festival (Tasmanie), le Duc des Lombards, Jazz in Marciac, Enghien Jazz Festival, Montreux Jazz Festival, Festival Jazz de Doha, Festival Carib In Jazz à l’Olympia, Martinique Jazz Festival, la Scène nationale de Bayonne, Jazz en Touraine, Montreux Jazz Festival, Jazz à Vienne, Porvo Jazz Festival (Finlande), Jamboree Jazz Club à Barcelone…).

Tricia a donc trouvé l’accord parfait. Elle le confirme avec son troisième opus hommage dont le titre n’a pas été choisi par hasard : « Usawa », l’équilibre en swahili ; une harmonie devenue le leitmotiv de l’inspiration de cette nouvelle ambassadrice du jazz et de la biguine ; deux cultures musicales ayant pour dénominateur commun l’Histoire du peuple noir.

 

Laisser un commentaire