La ville de Paris a signé un partenariat avec Enedis, Airparif, la Fondation dusouffle et PlanetWatch 24

VÉRONIQUE YANG

Mercredi  14 février, Anne Hidalgo  a signé une convention de partenariat  avec Enedis, Airparif,  la Fondation du Souffle et PlanetWatch24,  qui va améliorer les outils de contrôle et d’évaluation de la qualité de l’air.

Grâce aux capteurs nommés « pollutracks » installés ces derniers mois sur des véhicules électriques d’Enedis, il sera possible d’établir une cartographie rue par rue en temps réel et d’évaluer la qualité de l’air.

La pollution est l’une des principale causes de mortalité en France. On dénombre 6 500 morts par an dans le Grand Paris et 48 000 prématurés à l’échelle nationale. L’espérance de vie des franciliens est réduite de 2 ans et de nombreuses personnes de tous âges sont concernées par des problèmes respiratoires, cardio-vasculaires à cause des particules fines PM 2,5 de moins de 2,5 microns que l’OMS reconnait particulièrement nocives.

En collaboration avec Airparif, la ville de Paris va pouvoir recenser et traiter les principales sources de pollution à Paris. Cela sera possible grâce aux capteurs disposés sur les 300 véhicules électriques d’Enedis mais aussi aux 3 capteurs fixes.

La signature de ce partenariat va permettre d’améliorer la santé de tous au centre des grandes villes et particulièrement à Paris. Dans le monde entier, nombreux sont les maires qui ont pris le problème de la pollution et des particules au sérieux. Le combat n’est pas simple pour supprimer le diesel, il y a encore de nombreuses personnes qui doutent mais avant tout, le facteur à privilégier est celui de la santé et de nos enfants et petits enfants.

Le parc francilien engrange actuellement 3,9 millions de véhicules diesel, ce qui représente 52,22 % du parc automobile de la région. En supprimant le diesel, la place de la voiture à Paris sera divisé par 2.    Au niveau national, on compte 29 millions de véhicules diesel. En supprimant cette énergie, 3 véhicules sur 5 seront concernés.

Paris a proposé des solutions lors de la COP 21, puis au C 40 et à l’ONU; des engagements sont pris pour les années à venir à commencer par 2020 puis 2024 avec la suppression des voitures diesel en 2024 dans la capitale. A plus long terme, ce seront les véhicules à essence qui seront interdits d’ici 2030 et enfin un objectif de 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050, l’engagement que s’est fixé Paris..

La signature  de la convention de partenariat entre la ville de Paris et Enedis représenté par son président du directoire Philippe Monloubou, Airparif  représenté par son président Jean Félix Bernard, la fondation du souffle représentée par son président Bruno Housset et PlanetWatch 24 représenté par son président Eric Poincelet, entre dans les démarches précitées. Elle sera suivie par 2 autres grands rendez-vous, le premier le 5 avril prochain avec les représentants de la santé de l’AP-HP et l’autre fin mai sur les bases du plan climat de la ville de Paris et comment sortir du diesel.

Une prochaine votation citoyenne sur le climat sera prochainement organisée afin de consulter les citoyens pour qu’ils puissent apporter leur point de vue et leurs suggestions et aboutir à des solutions et des engagements des habitants.

 

Laisser un commentaire