Voyage en Bavière au royaume de Louis II

La Bavière est le plus grand land situé dans le sud-est de l’Allemagne. Son histoire millénaire est liée à l’Empire romain puis germanique.

Devenue en 1180 une entité politique dont la destinée est liée à celle de la Maison de Wittelsbach, une des familles des plus anciennes et des plus puissantes du Saint-Empire romain germanique, elle a régné en particulier sur la Bavière et sur le Palatinat, et a donné les armes et des souverains jusqu’au terme de la Première Guerre Mondiale au Saint-Empire, à la Suède et à la Grèce.

Le royaume de Bavière était un État d’Europe centrale issu du traité de paix de Presbourg, conclu le 26 décembre 1805 entre l’empereur français Napoléon Ier et l’empereur germano-autrichien François Ier. Une semaine plus tard, Maximilien Ier Joseph  était proclamé roi à Munich, capitale du royaume.

A cette époque, le royaume comportait  l’électorat de Bavière, de nombreuses régions de la vieille Bavière dont Passau, Berchtesgaden et le Rupertiwinkel, le Palatinat de la rive gauche du Rhin et de grandes parties de la Franconie et de la Souabe.

En 1918, après la fuite en Hongrie du dernier roi Louis III  suite à la Révolution de Novembre, l’Etat libre de Bavière puis la  République soviétique de Bavière furent créés; le pays fut ensuite réorganisé en une république parlementaire. Toutefois, le roi Louis II fut le plus emblématique de la dynastie des Wittelsbach, de 1864 à 1886. Amateur de lecture et de voyages, il était indifférent aux affaires publiques et renommé pour ses caprices . Celui que l’on surnommait “Le Roi Fou” était un rêveur solitaire qui vivait dans son monde où  trônaient musique, théâtre, imagination et même phantasme.

Lié à Wagner par une amitié dominante et ambigue,  il installe le compositeur près de lui à Munich dès 1864. Bien plus qu’un mécène,  le roi est associé à l’artiste par les pensées, la sensibilité, la création. Le drame lyrique s’implique alors dans le mouvement intellectuel de l’Allemagne vers son unité; l’inauguration du sanctuaire de Bayreuth en 1876 en est à la base.

L’autre passion du cousin de l’impératrice Sissi est la construction de châteaux pour certains  inspirés du style baroque mais aussi du style rococo français. La Maison royale du Schachen dont la construction dura de 1869 à 1872 est quant à elle très différente puisqu’elle est  située dans les Alpes à 1 800 m d’altitude non loin d’Elmau et Garmisch-Partenkirchen. C’est dans cet endroit, uniquement accessible à pied, que le roi aimait se retirer seul pour fêter son anniversaire.

Situé sur les ruines d’un château fort face au château de Hohenschwangau où Louis II passa une grande partie de son enfance avec sa mère, le plus grand chantier du monarque fut en 1868 Neuschwanstein ( Le nouveau Rocher du Cygne), mélange  de style Moyen-âgeux et de rêve. Construit d’après la restauration par Viollet le duc de Pierrefonds (France) sur un épine rocheuse de 200 mètres , il inspira Walt Disney pour le château de la Belle au bois dormant,. La décoration intérieure est basée sur un style cher au compositeur Richard Wagner et serait le lieu où apparut Lohengrin

En 1873, Louis II racheta le vieux château d’Herrenchiemsee et fit aménager le Couvent des Chanoines Augustins .

La construction du château de Linderhof, de son parc et de ses bâtiments commença en 1874 pour s’achever en 1878. Lieu préféré du roi, ce fut le seul château à être terminé de son vivant. On y trouve un style rococo  du XVIIIème siècle dans le château où toutes les chambres ont une couleur différente. Tous les styles (anglais, français et italien) se retrouvent dans les jardins. Désirant reproduire la scène de “Tannhauser”,de l’opéra de Wagner,  Louis II fit aménager derrière des rochers artificiels, la Grotte de Vénus”,  la “Grotte bleue” et la “Vallée de Cachemire” où une barque traverse une rivière souterraine. Dans le parc,  le kiosque mauresque, acheté à l’Exposition Universelle de Paris et une cabane mystérieuse, la Hundighütte semblent sortir d’un autre monde.

La construction du nouveau château d’Herrenchiemsee commença en 1878 , à l’image de Versailles mais encore plus somptueux (galerie des glaces de 25 m plus longue que l’originale, copie de l’escalier des ambassadeurs). Malgré la splendeur déployée de la porcelaine et la table escamotée dans le sol,  il n’y séjourna qu’une dizaine de jours. L’édifice ne fut pas terminé  à cause de la disparition du roi en 1886.

Parmi les lieux emblématiques qui marquèrent Louis II, on compte au nord-est de Munich, le château de Nymphenburg où il naquit le 25 août 1845. Des petits pavillons de plaisance furent ensuite aménagés dans le parc (Amalienburg, Badenburg, Pagodenburg et la Magdalenen-klause). Le “Musée des carrosses” présente une collection somptueuse de carrosses et de traîneaux de style baroque.

Situé sur le lac de Starnberg, le château familial de Berg et ses tourelles blanches fut construit en 1676 par Ferdinand-Marie de Bavière et acquis en 1832 par Maximillien II . Résidence d’été de Louis II, ce dernier y fit bâtir une chapelle en 1876.  Le lac compte une île baptisée “l’Ile aux Roses”où Louis II aimait venir s’isoler et au centre de cette île, se trouve le casino de son père de style pompéien. De nombreux invités y furent reçus comme la tsarine Maria Alexandrovna ou l’impératrice Elisabeth d’Autriche. Au fond du lac, des restes de villages de palafittes préhistoriques font partie du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO. Après sa destitution, ce fut malheureusement le théâtre de la disparition du monarque dans les eaux du lac.

La Bavière est aussi liée aux origines du national-socialisme liées à l’histoire du Munich d’après guerre, depuis la fondation du Parti ouvrier allemand par Anton Drexler le 5 janvier 1919 jusqu’à l’échec du putsch tenté, les 8 et 9 novembre 1923, par Adolf Hitler et le général Ludendorff. La Bavière fut nettement marquée par le nazisme  puisqu’elle  abrita la ville du mouvement (Munich), la  ville des congrès (Nuremberg) et la résidence préférée du Führer (Berchtesgaden).

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other