Women 4Climate ou le rôle des femmes dans la lutte contre le changement climatique

La seconde partie de la conférence sur le climat s’est déroulée le 21 février et accueillait Women4Climate pour sa troisième édition au sein de la salle du conseil de l’Hôtel de Ville de Paris après New-York en 2017 et Mexico en 2018.

De même que pour Justice4Climate, elle était présidée par la Maire de Paris et Présidente du C40, Anne Hidalgo. L’objectif de cette conférence est de réunir des maires de tous les continents, cheffes d’entreprises et actrices du changement climatique afin de valoriser le rôle des femmes dans la lutte contre le changement climatique et de présenter un programme de mentorat en vue d’autonomiser les  les femmes dirigeantes de demain, tout en permettant l’élaboration de plans d’action climat pour tous.

Le C40 et Women4Climate sont à l’origine du concours international “Tech Clallenge” ouvert à toutes les femmes portant un projet innovant en faveur du climat. C’est pourquoi, 10 projets finalistes ( Shir Esh& Liron Simon (Airy); Doris Sung & Karen Sabath (In Vert: Self Shading Window System, L.A.); Elodie Stephan (Bocage urbain); Meiling Gao (Smarter Buildings for Healthier Communities); Yael Gilad &  Galit Shiff (Solar Energy in the City); Shimrit Finkel (ECOncret); Marine Dauquet-Chassaing (Accenta); Inna Braverman (Eco Wave Power ou l’extraction de l’énergie des vague pour la convertir en électricité); Elodie Grimoin (Urban Canopee ou végétalisation de l’espace urbain);  Anais Ryterband (Pandobac)parmi les 26 présentés dans les domaines mécanique, numérique, civique,  sur la gestion de l’eau, de l’énergie ou de la qualité de l’air et  centrés sur l’innovation urbaine ont été sélectionnés le 10 janvier dernier par un jury de onze experts. Présentées devant les maires de Quito, Freetown, Sydney, Chicago, Dakar, Lisbonne, des chefs d’entreprises, les lauréates de Women4Climate réunis à Paris, ces innovations favoriseront l’économie circulaire et la transition écologique. Les projets gagnants se voient octroyer une bourse, un soutien et un suivi, pour une mise en œuvre du projet au sein des villes du C40. Cette année, le Tech Challenge  a récompensé 2 projets liés à la transition énergétique et écologique; les 2 lauréates (la française Elodie Grimoin et l’israélienne Inna Braverman)  accompagnées par C40 Cities dans l’expérimentation de leurs projets pourront implanter et tester leurs solutions à Paris et Tel Aviv.

Parmi les intervenantes, l’adjointe au maire de Stockholm en charge de l’environnement a mis en avant la politique sur la réduction des émissions de CO2, poursuivie par la capitale suédoise de 910 000 habitants, pour devenir neutre en carbone d’ici 2040, voire absorber plus de CO2 qu’elle n’en émet. A ce jour, on atteint une baisse des émissions de 58% depuis 1990. Pour arriver à ce résultats, des mesures ont été prises dont  l’instauration d’un péage urbain dès 2006, abaissant les émissions liées aux transports de 22% dès la première année et faisant de Stockholm, une pionnière européenne; toutefois ces chiffres n’incluent pas les gaz à effet de serre en croissance continue, les efforts doivent donc continuer et le comportement des habitants  changer grâce à une économie éco-recyclable et la pyrolyse des déchets végétaux transformés en charbon végétal, ou biochar (7,000 tonnes dès 2020) qui peut être brûlé pour produire de la chaleur (25 000 MWh pour le réseau urbain qui équivaut à chauffer 4 00 appartements absorber les émissions de 3.500 voitures) mais aussi demeurer dans le sol pour des millénaires, devenant ainsi le premier puits de carbone urbain du monde. Le projet, encore pilote, est soutenu par la fondation Bloomberg.

Désormais, la participation et le leadership des femmes doivent être inclus dans les actions liées au changement climatique bien qu’elles ne soient pas toujours incluses dans la prise des décisions car considérées comme moins touchées par le changement climatique. Pourtant la gente féminine est l’équivalent de plus de la moitié de la planète et les organisations de femmes militantes ont participé de façon croissante aux négociations internationales sur le climat, ainsi que dans l’émancipation des femmes, le renforcement des capacités, la sensibilisation et la mobilisation de l’action collective. De plus en plus de femmes occupant des postes de direction apportent ainsi leurs expériences dans les politiques de décision par l’intermédiaire de  diverses stratégies pour accroître  le leadership des femmes dans l’action climatique:

  • Investir dans des programmes de mentorat pour les femmes. 
  • Application de la méthodologie GAMMA appliquée collectivement par les gouvernements locaux avec les organisations de base et les citoyens, permettant aux villes d’examiner la sensibilité des politiques locales aux sexospécificités
  • Planification participative sensible au genre.

Les stratégies pour améliorer l’analyse des besoins différenciés selon le sexe :

  • Collecte de données ventilées par sexe.
  • La budgétisation sensible au genre – en particulier dans les investissements d’infrastructure. 
  • Réaliser des audits de sécurité des femmes.

Dans le monde, des villes comme Barcelone (Plan de justice pour les femmes de Barcelone., Londres (Plan d’action sur les technologies propres) ou San Francisco (utilisation des pistes cyclables)ont des femmes à la tête de nombreux projets pour une action inclusive climatique.

Depuis quelques temps, le mouvement Youth4Climate réunit les lycéens dans de nombreux pays, la plupart du temps les vendredis après-midi. A leur tête, la jeune suédoise de 16 ans Greta Thunberg qui est allée à la Cop 24, à Davos et a rencontré le président Macron. C’est aussi le cas d’Anuna de Wever et Adélaide Charlier en Belgique ainsi qu’en Grande Bretagne, en Allemagne, en Suisse, aux Pays Bas et en Australie.

Laisser un commentaire