EMMANUELLE RENARD ET SOPHIE SAINRAPT A LA GALERIE “TERRAIN VAGH”

Vues : 10

Les artistes Emmanuelle Renard et Sophie Sainrapt exposent leurs oeuvres à la galerie Terrain Vagh du 5 au 22 octobre 2022 (75005).. Elles y ont présenté des gravures originales, des céramiques et des oeuvres à 4 mains spécialement réalisées pour l’exposition selon la suggestion de la galerie “Terrain Vagh”.
 
Pour mieux apprendre à connaître les oeuvres, les 2 artistes étaient à la galerie lors des 2 vernissages qui ont eu lieu les mercredi 5 et samedi 8 octobre dernier.
 
Cette exposition avait pour titre “Disparates” (en français Folies”) Jeux et Empreintes, et rendait hommage au peintre Goya. et à la série de gravures qu’il avait réalisées à l”aquatinte et à la pointe sèche entre 1815 et 1823, représentant des scènes étranges, à la fois parents à la violence et au sexe. Critique des institutions politiques, elles dévoilent les blessures et les désastres de l’occupation de l’Espagne par les troupes napoléoniennes en 1808.
 
Passionnées par Goya, Emmanuelle Renard (fille de James Coignard) et Sophie Sainrapt ont su montrer le mélange entre oeuvres gravées et céramiques, c’est une alchimie entre inconscient, corps et matière, comportant des dessins, gravures, encres, impressions, grattages et peintures… Il en résulte des scènes poétiques et originales peuplées de personnages et créatures insolites.
 
Portrait des artistes
 
La rencontre entre Emmanuelle et Sophie date des années 2 000 dans l’atelier de gravure Pasnic où de nombreux artistes de renom viennent graver, imprimer et échanger avec les 2 fondateurs Pascal Gauvard et Nicolas du Buisson et s’initier à la technique du carborundum. cette technique enseignée par James Coignard et l’amitié qui régnait dans l’atelier ont produit un véritable “Esprit Pasnic”, généré par les 2 artistes. En juin 2022, elles participent à la première édition des “Jeux Artistiques”, projet imaginé par Ya Ding, écrivain français d’origine chine chinoise, autour du château de Swann, en compagnie d’Augusto Foldi, Christophe Ronel et Malgorazta Paszko. Chaque enfant devait compléter les oeuvres des 5 artistes dans ce concours inter-générationnel et inter-culturel.
 
Emmanuelle Renard
 
Née en 1963, Emmanuelle Renard est la fille du peintre James Coignard. Elle grandit dans une famille d’artistes dans la région de Vallauris (83) et fait ses études d’art à la Villa d’Arson à Nice. En 1985, elle présente sa première exposition personnelle à Vallauris puis rejoint la capitale en 1986. Depuis, cette peintre, dessinatrice, graveuse et céramiste expose un peu partout dans le monde : Paris, Hambourg, Francfort, Karlsruhe, Bruxelles Copenhague, Genève, Bâle , Stockholm, Chicago, Los Angeles, Beyrouth…
 
Sa peinture est expressionniste et surréaliste pleine de couleurs vives (jaune, rouge…) de force et de puissance. Les objets semblent y prendre vie, des scènes improbables abritent des personnages étranges. Son inspiration vient des peintres baroques, de Goya, Soutine, Chagall et Rebeyrolle. Artiste française figurative, elle habille les collectionneurs français et d’ailleurs depuis une trentaine d’années. Son but est de ” faire quelque chose de vivant”, de représenter la vie sous toutes ses formes en prévenant le sublime et le ridicule, le normal et le grotesque.”
 
Sophie Sainrapt
 
Née en 1960, Sophie Sainrapt est une peintre française, diplômée en DEA d’études politiques qui la mènera au Sénat. Elle a parallèlement représenté la peinture et la sculpture chez Hashpa et Ain Marie. En 1995, elle ouvre son propre atelier parisien en tant qu’artiste protéiforme, louant le corps féminin avec sensibilité et lyrisme. Elle utilise différentes techniques : dessin marouflé, céramique, gravure, linoléum… Avec un regard sensible, elle esquisse un blason du corps féminin. Sophie Sainrapt illustre de nombreux ouvrages de bibliophilie (autour d’Eros et ses jardins des délices). Parmi elles, on relève : les éditions Pasnic, Renard pâle et Area… Elle signe les illustrations de Paul Verlaine, Jean de la Fontaine, George Bataille, Pierre Louys, Christian Noorbergen… Elle expose dans de nombreuses galeries parisiennes mais aussi à l’international : en Corée, en Chine, au Japon ou encore à Bruxelles…

%d blogueurs aiment cette page :