Les animaux au premier plan dans le monde le 4 octobre chaque année

Vues : 2

On célèbre la journée internationale des animaux le 4 octobre, jour de la fête de Saint François d’Assise.   Selon les pays, on la fête différemment, indépendamment de la nationalité, la religion, la foi ou l’idéologie politique.

En 1929, le Congrès international pour la protection des animaux à Vienne introduit l’initiative de cette journée. A Florence, 2 ans plus tard, il instaure la Journée mondiale des animaux.

En cette occasion, les Nations Unies proposent des sujets sur différents animaux en danger. Elles invitent les populations à s’informer et réagir pour protéger les espèces en voie de disparition comme le tigre, le panda ou l’éléphant…

Pourquoi le 4 octobre?

St François d’Assise a protégé toute sa vie les animaux, grâce à l’amour qu’il leur apportait. Il affirmait que chaque créature, en tant que créature de Dieu, méritait le respect. ” Le monde animal, comme toute la création, est une manifestation de la puissance de Dieu, de sa sagesse et de sa bonté, et comme tel, mérite le respect de l’homme.” avait-il déclaré. C’est pourquoi, on le considère comme le premier défenseur de la cause animale.

Les propos des politiques

En 2017, la cause animal faisait son entrée à l’élection présidentielle avec le parti animaliste. Chaque candidat a traité du bien-être des animaux, l’incluant dans son programme. Certains ont proposé d’éradiquer la maltraitance envers les animaux, d’autres se sont engagés de faire de la protection animale une cause nationale.

Lors des dernières élections européennes,  le parti animaliste a réalisé près de 500 000 voix . Aujourd’hui, il reproche à Emmanuel Macron une politique trop favorable aux chasseurs.

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a défendu la réduction des protéines carnées, dénoncé la cruauté de l’élevage intensif, rappelé la nécessité de respecter la sensibilité des animaux. En 2018, il prend la parole à l’Assemblée Nationale en expliquant  pourquoi il fallait désormais avancer vers une agriculture paysanne et une modification de nos pratiques alimentaires. “Respecter les animaux, c’est affirmer notre humanité”… “Nous ne pouvons pas regarder les autres êtres sensibles comme des objets qui nous appartiennent, parce qu’ils ne nous appartiennent pas”, déclare-t-il.

En janvier 2021, le président de LFI intervient alors que commence l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi de lutte contre la maltraitance animale.

Emmanuel Macron

Le candidat Macron, s’engagent sur des mesures concrètes en matière de protection animale. La lutte contre les trafics d’animaux en renforçant les contrôles aux frontières, la protection de la faune sauvage et des espèces en voie de disparition espèces, la lutte contre le braconnage, le trafic et la demande de produits illégaux d’espèces sauvages, sont au programme. Après son élection, le couple Macron adopte Némo, croisé labrador retriever-griffon, dans un refuge de la SPA à Hermeray, dans les Yvelines.. Nemo vit depuis son adoption en août 2017, au Palais de l’Élysée. En effet, dans la tradition de la Vème République, chaque président a possédé un chien ou plusieurs.

Une loi pour la protection animale

Le 30 septembre 2021, le Sénat a adopté en première lecture, avec modifications, la proposition de loi.
Le 14 décembre 2020, les députés Loïc Dombreval, Dimitri Houbron, Laëtitia Romeiro Dias et plusieurs de leurs collègues ont déposé le projet de loi. L’Assemblée Nationale l’a adopté en première lecture, avec modifications, le 29 janvier 2021, après une procédure accélérée du gouvernement, le 14 décembre 2020.

Cette loi vise à renforcer la lutte contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes. Plusieurs mesures sont au programme parmi lesquelles:

  • Un nouveau certificat pour l’acquisition d’un animal de compagnie pour limiter les achats impulsifs. Un délai de 7 jours de réflexion est  nécessaire. Concernant les NAC, le texte renforce la législation.
  • La vente en ligne des animaux de compagnie sera réservée à des sites agréés.
  • Les annonces en ligne de vente ou de don d’animaux de compagnie sont interdites.
  • Des sanctions renforcées en cas de sévices et de zoopornographie.
  • La limitation progressive des delphinariums et des animaux sauvages dans les cirques itinérants…
  • Lutte contre l’abandon des animaux domestiques.
  • De nouvelles obligations imposées aux animalerie.
  • Recours aux familles d’accueil d’animaux abandonnés facilité.
  • Un statut pour les associations de protection d’animaux sans refuge.

Visite d’Emmanuel Macron à une SPA pour la journée mondiale des animaux

Lundi 4 octobre, le président s’est rendu à Gray, en Haute-Saône, dans un refuge qui accueille 90 chiens et chats. Par ce voyage, il démontre que “la cause animale est devenue une cause politique”. Emmanuel Macron a rappelé que est le gouvernement a débloqué les 20 millions d’euros inscrits dans le plan de relance pour le bien-être animal.

On notera que l’été dernier, la SPA a recueilli 16 894 animaux. Elle rappelle “qu’adopter un animal, c’est pour la vie!” Par ailleurs, abandonner un animal est un délit  et passible de 2 ans de prison et 30 000€ d’amende. 

Image

%d blogueurs aiment cette page :