“Je suis Charlie”, toujours présent après 5 ans

Please follow and like us:

Le 7 janvier 2015, Paris était frappée en plein coeur suite à l’attentat perpétré par 2 terroristes dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris (75011).

Le 11 janvier suivant, une marche de la place de la République à la Nation avait été organisée en hommages à toutes les victimes des attentats, rassemblant 4 millions  de personnes dans toute la France. Au total, 17 personnes avaient perdu la vie suite aux attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge où fut assassinée une policière Clarissa Jean-Philippe et de l’HyperCasher, porte de Vincennes. Au siège du journal satirique, on déplorait 11 victimes parmi lesquelles les dessinateurs Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous mais aussi le policier Ahmed Merabet, assassiné boulevard Richard Lenoir (75011).

Il y a 5 ans jour pour jour, le dimanche 11 janvier 2015, 4 millions de personnes étaient dans les rues de France pour rendre hommage aux 17 victimes des attentats.et défendre la liberté d’expression.  Sur les pancartes où on pouvait lire “Je suis Charlie, flic, juif”, d’immenses crayons et une Marianne aux larmes de sang…  Il s’agissait de la plus grande manifestation jamais organisée. L’année suivante, le 5 janvier 2016, le président Hollande dévoilait une plaque commémorative en hommage aux victimes des attentats contre “Charlie Hebdo” et la liberté d’expression redevenue la valeur importante de la France. Le lendemain, l’opération “Dessinez, Créez, Liberté” était lancée.

La marche du 11 janvier 2015 dite “Marche Républicaine” avait réuni à Paris 1,5 million de participants dont un chiffre important d’enfants, autour du président de la République, François Hollande et de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Organisée contre le terrorisme et pour soutenir la liberté d’expression après les attentats , elle avait regroupé les responsables religieux des différentes confessions, de nombreux dirigeants politiques français à l’exception de représentants du FN, ce qui avait engagé une polémique..  Les familles des victimes étaient en début de la marche qui avait été divisée en 3 cortèges, vue l’importance du nombre des participants. On pouvait aussi remarquer la présence d’une soixantaine de chefs d’état ou de gouvernements étrangers parmi lesquels Angela Merkel (Allemagne), Ali Bongo (Gabon), Antonis Samaras (Premier ministre grec), Viktor Orban (Premier ministre hongrois), Sergueï Lavrov (ministre des Affaires étrangères russe), Ahmet Davutoğlu (Premier ministre turc), Ramtane Lamamra (ministre des Affaires étrangères algérien), Sameh Choukry (ministre des Affaires étrangères égyptien), Boni Yayi ou encore Abdallah II (roi de Jordanie) mais aussi Mahmoud Abbas (Président de l’autorité palestinienne), Benyamin Netanyahou (Israel), Matteo Renzi (chef du gouvernement italien) ou David Cameron  (GB). On notait toutefois l’absence de représentant officiel des Etats-Unis.

Cette année pour le 5ème anniversaire de la “Marche Républicaine”, de nombreuses manifestations ont été organisées à travers la France à l’appel du” collectif du 11 janvier” avec pour mot d’ordre: “Je suis Charlie, Je suis la République”. A Paris, le rassemblement a débuté place de  la République.

Auparavent, des cérémonies  d’hommage aux victimes se sont tenues le 7 janvier en présence de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, Christophe Castaner, Ministre d’Intérieur et Anne Hidalgo, Maire de Paris.

Le procès aux assises des 14 suspects liés aux attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 est prévu du 4 mai au 10 juillet 2020 au tribunal de Paris, porte de Clichy. Les auteurs des attentats, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly sont tous les 3 morts, abattus par les forces de l’ordre.

Par ailleurs, le Ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé mardi 7 janvier, lors de la commémoration de l’attentat, la création d’une “maison du dessin de presse et du dessin satirique” pour “les  valoriser alors que des  menaces  pèsent sur eux dans le monde”. Ce projet deviendra  “un lieu de rencontres permettant la création, la valorisation et la promotion du dessin de presse et du dessin satirique ainsi que l’accompagnement de ses créateurs , a-t-il déclaré. Le projet a été pensé et voulu par Georges Wolinski, tué lors de l’attentat du 7 janvier 2015.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

RSS
Follow by Email