Le Toulouse Olympique rate ses débuts en Super League

Vues : 4

Pour sa première en Super League à Ernest Wallon, le Toulouse Olympique s’est incliné face à Huddersfield (14-42).

Le temps hivernal et l’interdiction des rafraîchissements dans les stades contrôlés par le gouvernement français ont maintenu la fréquentation de la soirée d’ouverture historique plus faible que prévu à seulement 5238 au Stade Ernest-Wallon, mais sur le terrain, l’équipe locale n’aurait guère pu rêver d’un meilleur départ.

Toulouse a mis peu de temps pour marquer ses premiers points dans l’élite avec un essai à la deuxième minute de Matty Russell, qui a récupéré une passe astucieuse de Junior Vaivai du tacle au touché dans le coin gauche à courte distance.

Rentré parfaitement dans son match, Tony Gigot a pris le match en mains tant dans l’animation que dans le jeu au pied. Il donne une magnifique passe décisive au pied. Il est également impeccable sur les ballons hauts. Puis à l’image du collectif, il connaît une grosse baisse de régime en fin de première période. La deuxième période est compliquée, il est moins présent, fait une faute inhabituelle et son placement en défense laisse à désirer. On attend plus de celui qui doit être le leader de son équipe pendant 80 minutes.

Quelques pénalités ont maintenu Huddersfield à l’offensive, avec l’ancien pilier des Warrington Wolves Chris Hill et l’ancien deuxième ligne anglais Chris McQueen se déchaînant au milieu, mais une erreur de manipulation de Tui Lolohea a remis l’équipe locale en contrôle.

Lorsque Tony Gigot lançait un ballon haut, l’ailier Ilias Bergal récupérait et plaquait au sol dans la lucarne droite, Chris Hankinson cadrait cette fois pour 10-0 après 20 minutes.

James Cunningham, Matty Russell, Chris Hankinson et Lucas Albert faisaient tous leurs révérences pour Toulouse après avoir rejoint le club français pour leur première saison en Super League.

Huddersfield avait quatre joueurs faisant leurs débuts en compétition, dont le nouveau duo de demi-arrière Tui Lolohea et Theo Fages. Chris Hill et Danny Levi étaient également de nouveaux visages dans le peloton.

Luke Yates s’est frayé un chemin à travers la ligne toulousaine pour marquer à côté des poteaux cinq minutes plus tard, Oliver Russell ajoutant la conversion, puis Yates a trouvé Innes Senior sur l’aile pour égaliser les scores.

Le centre Wardle semblait avoir battu Gigot à un jeton dans l’en-but toulousain pour marquer juste avant la mi-temps, mais l’arbitre vidéo n’était pas d’accord, cependant, alors que le klaxon sonnait à la mi-temps, il n’y avait pas de débat sur un 30 mètres. grève de Louis Senior.

A 10-16, une certaine résistance française allait être nécessaire en seconde période, mais Wardle était le premier à casser la ligne pour marquer à la 47e minute, puis Josh Jones était retenu sous les poteaux.

Toulouse est allé plus loin derrière avec une pénalité de Russell 10 minutes plus tard et a été contraint à une longue série d’abandons sur la ligne de but alors que les Giants tournaient la vis.

Le géant anglais a eu du mal à s’imposer au milieu du terrain. Souvent repoussé en attaque, il n’a pas été dominateur non plus en défense et a concédé 2 pénalités.

Il s’est partagé le temps de jeu avec Eloi Pélissier. Le début est correct mais la fin de première période est compliquée. Une tentative de 40-20 directement en touche, des placages manqués dont un qui conduit à un essai. Il aurait peut-être mérité de sortir entre la 25ème et la 30ème minute.

Wardle a frappé pour son deuxième, converti de la ligne de touche par Russell, puis McQueen et Olly Ashall-Bott ont traversé pour apporter le 40e point et frotter plus de sel dans les blessures françaises.

Un essai de consolation tardif de Guy Armitage a épargné quelques rougissements aux Olympiens, mais l’entraîneur Sylvain Houles devra peut-être faire des recrues d’urgence dans son équipe épuisée si des points sont à espérer de leur première série de matches.

Moins en vue que d’habitude il a tout de même apporté son dynamisme sans faire de fautes. La comparaison avec White est inévitable et à son avantage. Sa fraîcheur aurait sans doute été utile au TO en fin de première période.

Vif sur les appuis, il a posé des difficultés à la défense des Giants. Il casse 4 plaquages et a été plutôt actif en défense sans être pris en défaut. Il a permis aussi à sa défense de bien glisser sur les extérieurs.

Il réalise 36 plaquages, meilleur plaqueur toulousain avec Romain Navarrete. Sinon il a été plutôt sobre… trop peut-être, il n’a pas pris le dessus sur ses adversaires ni en attaque ni en défense.

Maxime Puech – 3 plaquages manqués et 1 pénalité concédée, c’est malheureusement un peu trop. Même chose que pour Justin Sangare, et Joseph Paulo – son entrée n’a pas apporté grand-chose. Coupable de deux pénalités rapidement, il n’a pas vraiment remis son équipe dans le sens de la marche alors qu’elle en avait besoin. Pas vraiment ce qu’on attend d’un joueur de son expérience.

Sylvain Houles espère renforcer l’effectif toulousain après sa défaite 42-14 face à Huddersfield, mais ne compte pas recruter de sitôt:
« Nous avons plutôt bien commencé, mais en première mi-temps, nous nous sommes tués. Notre discipline nous a coûté assez cher… et nous ne nous sommes pas adaptés en seconde mi-temps, et c’est comme ça que vous apprenez, je suppose.

« Les hors-jeu et les reprises de sets ont permis à Huddersfield de revenir dans le match. Nos coups de pied étaient médiocres… et nous semblions devoir faire quelque chose de spécial à chaque fois, et nous ne pouvons pas paniquer comme ça. »

Ian Watson s’est dit satisfait de la résilience d’un nouveau groupe de Huddersfield après avoir battu Toulouse lors du match d’ouverture de la saison:
« Je suis juste content d’avoir remporté la victoire lors du premier match de la saison. Nous sommes un nouveau groupe et il faudra du temps pour créer un élan, mais nous avons un excellent groupe et nous attendons avec impatience le saison.

« Nous savions que Toulouse serait vraiment enthousiaste et apporterait une charge d’énergie, et nous devions égaler cela. Je pensais que nous avions commencé un peu bâclé, mais après cela, nous avons eu un changement avec Seb et Joe Greenwood, et ils ont en quelque sorte levé le l’intensité du jeu, et nous avons commencé à revenir à la façon dont nous voulions jouer. »

À ce moment-là de la partie, le Toulouse olympique est sorti du débat. Euphorique, Huddersfield a copieusement alourdi l’addition. À cinq minutes du terme, le tableau d’affichage était très flatteur pour Huddersfield (42-10).

Disons-le tout de suite, la victoire des “géants” n’est nullement usurpée même si le score final n’est pas vraiment tendre envers le Toulouse olympique ( 42-14). Et pourtant tout avait bien commencé pour les Toulousains.

%d blogueurs aiment cette page :