Une avant-première réussie pour Tarek Boudali et son deuxième long-métrage

Please follow and like us:

À l’occasion de l’avant-première du film 30 jours max, dont la sortie officielle est prévue le 14 octobre, le cinéma UGC de Bercy, à Paris a accueilli, mercredi soir le 7 octobre, l’acteur et réalisateur Tarek Boudali, qui signe là son deuxième long-métrage.

Tarek Boudali a repris sa caméra pour un second long métrage trois ans après la sortie de la comédie décriée épouse-moi mon pote, carton au box-office avec 2,5 millions d’entrées.

Il a enrôlé Vanessa Guide, Julien Arruti, José Garcia et son complice de longue date, Philippe Lacheau. Mais on peut aussi compter sur la présence au casting de Marie-Anne Chazel, Reem Kherici ou encore Chantal Ladesou.

Lors de l’avant-première du film 30 Jours max, présentée au rendez-vous à l’UGC de Bercy dans le 12e arrondissement de Paris, Tarek Boudali était ravi de prendre la pose avec ses complices. On repérait facilement la jolie Vanessa Guide, vêtue d’une longue robe de satin rose. On a aussi vu quelques VIP comme Vincent Desagnat et Richard Orlinski avec sa compagne Élisa Bachir Bey.

L’histoire de 30 Jours max

SYNOPSIS:

Rayage est un jeune flic trouillard et maladroit sans cesse moqué par les autres policiers. Le jour où son médecin lui apprend à tort qu’il n’a plus que trente jours à vivre, il comprend que c’est sa dernière chance pour devenir un héros au sein de son commissariat et impressionner sa collègue Stéphanie. L’éternel craintif se transforme alors en véritable tête brûlée qui prendra tous les risques pour coincer un gros caïd de la drogue…

Tarek Boudali, le jeune flic trouillard et maladroit (Rayage), pendant le tournage, il a eu deux scènes où il a réussi à être blessé:

  • Une seule blessure, et lors d’une scène dite facile!, et de ma faute, en plus, quand je saute du fauteuil et je m’étale sur le bureau. Le responsable cascades m’a demandé de mettre mes protections, mais on était dans le speed et je ne voyais pas le danger.
  • Et je me suis fait mal. La traversée de la vitre, également : j’ai été stoppé net par la façade extérieure, et je me suis fait un gros hématome à la cuisse.

Que feriez-vous s’il ne vous restait que 30 jours à vivre ?

L’idée de base, c’est la question que tout le monde s’est posée à un moment ou un autre : que ferais-je s’il me restait trente jours à vivre ? Je voulais tirer de la réponse une comédie, avec comme détonateur comique le fait que le personnage condamné se rend compte qu’il n’est plus condamné…

Or, entre temps, il fallait qu’il fasse des trucs de fou, n’ayant plus rien à perdre, et qu’il soit impossible pour lui de stopper l’engrenage. Et le métier où on prend beaucoup de risques, c’est évidemment policier. À partir de là, le film d’action s’est naturellement collé à la comédie.

Mais tellement ! Cela parait convenu de le dire, mais sans blague, sans cette équipe, rien n’aurait été possible. C’est vraiment grâce à eux que ce film est ce qu’il est. Vincent Richard, chef-op sur NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON, a assuré. Mais aussi mon premier assistant Amin Harfouch, ma script Marie Maurin…

J’étais vraiment bien entouré. Malgré les dépassements, la météo, la nuit, pas un n’a râlé ou freiné. Personne n’a jamais gueulé ! Sur un tournage, même quand ça se passe bien, il y a toujours des petites tensions de temps en temps, avec la fatigue, tout ça… Mais là, rien. C’est juste incroyable.

Quelle scène du film préférez-vous ?

Tarek Boudali: «J’ai particulièrement aimé tourner les séquences en moto, torse nu, en décembre, alors qu’il faisait deux degrés à Paris ! »

Le film était-il un challenge pour vous au niveau physique ?

Tarek Boudali: « C’était un challenge à plusieurs niveaux. C’est un film difficile, j’ai donc dû me muscler un peu pour les besoins des différentes scènes. Il y a aussi eu beaucoup de cascades et je les fais moi-même, car je trouve que ça apporte un plus au scénario. »  Cela a été compliqué, physique, on a tourné de septembre à décembre, il pleuvait, il faisait froid. Le chef électro m’a dit un truc qui m’a marqué, il a dit qu’il avait tourné avec Belmondo et maintenant Tarik Boudali. Ça m’a touché“.

Pourquoi aller voir le film ?

Tarek Boudali: « J’ai envie de faire rire les gens. C’est ce qui me plaît le plus dans le cinéma et en plus, ça fait du bien en ce moment. J’espère aussi que les gens vont adhérer au message.  En cette période de crise sanitaire qui semble ne jamais vouloir finir : faire venir les spectateurs dans les salles de cinéma. »

Pendant deux mois, le réalisateur Tarek Boudali a organisé une tournée pour promouvoir le deuxième long métrage à l’échelle nationale de l’avant-première du film 30 jours max, dont la sortie officielle est prévue le 14 octobre.

30 Jours max, dans les salles le 14 octobre 2020.

Please follow and like us:

About the author

Laisser un commentaire

Enjoy this blog? Please spread the word :)

RSS
Follow by Email
YOUTUBE
INSTAGRAM