DES LIVRES A OFFRIR !

Vues : 14

En cette veille de Noël, période de course effrénée aux cadeaux, nous vous indiquerons deux livres de factures très différentes pour un Noël douillet au coin du feu :

“LE BOEUF CLANDESTIN” de Marcel AYME éditions GALLIMARD

A découvrir ou à redécouvrir tant sa plume est finement ciselée. Un roman publié en 1938, qui se goûte page à page, ligne à ligne, mot à mot, tant sa langue est soutenue. Une veine balzacienne transposée
à la première moitié du 20ème siècle, et avant la 2de guerre mondiale, dont la trame se déroule dans le petit milieu bourgeois parisien.

Pour notre plus grand bonheur, l’auteur adopte un ton ironique, mais jamais moqueur ; ainsi,Marcel Aymé ne se départit-il jamais de sa bienveillance, et ce, à l’égard de chacun de ses personnages. Autour d’un personnage central, M. Berthaud qui du jour au lendemain, s’auto-proclame végétarien, l’auteur nous décrit, par le menu, tout un microcosme parisien épris de bonnes manières et soucieux des convenances.

Laissez-vous glisser dans ce roman aux termes surannés mais au ton résolument moderne dont vous vous délecterez. Signalons une scène d’anthologie qui devrait être enseignée dans tous les collèges et lycées de France et de Navarre, tant l’humour le dispute à l’audace, à savoir la déclaration d’amour d’un Général aux 60 ans bien sonnés à une jeune femme, tout juste vingtenaire !

“AU-DELA DU MUR, UN CONTE DE L’ALLEMAGNE REUNIFIEE” de Martine GÄRTNER – éd.L’Harmattan

Livre édité en mars 2020, et resté dans les cartons, puisque sorti -pile !- au moment du confinement.

Ce livre qui s’adresse aux germanophiles comme aux autres lecteurs, se présente comme un conte d’éducation politique et nous plonge dans la France et l’Europe des années 70, à l’époque de la guerre
froide. Ce livre très rafraîchissant adopte trois types narratifs différents, dont le style épistolaire qui s’avère très émouvant tant il relate les émotions et les questionnements universels de la période
adolescente, à l’époque où l’on s’envoyait encore des missives et où l ‘on attendait le facteur de pied ferme, le coeur battant. A une époque où la culture et les stimulations culturelles revêtaient une importance primordiale dans les interactions sociales ; au titre récupérer les goûts musicaux ainsi que les dernières trouvailles de disques.

Marie-Laure et Cécile, qui se sont connues en 1973 à l’occasion du 10ème Festival mondial de la Jeunesse à Berlin (qui rassemblera plus de 25000 jeunes de tous les pays) évoquent leurs peines de coeurs, leurs atermoiements amoureux, leurs espoirs, sur fond de guerre froide. Car il s’agit bien de cela, à ce moment charnière où la petite histoire croise la grande.

Tantôt aux accents de langueur nostalgique, tantôt saisissant d’actualité, ce livre adopte parfois le ton du roman policier ou de l’espionnage pour évoquer et interroger des valeurs telles que le militantisme ou l’activisme. En effet, Martine GÄRTNER enseignante de lettres classiques qui a vécu 20 ans à Francfort, évoque également un épisode méconnu de l’histoire, à savoir la poursuite des anciens nazis par des citoyens allemands.

L’auteure a le don de faire surgir devant nous des scènes plus vraies que nature : la RDA du temps du rideau de fer comme si nous y étions !

%d blogueurs aiment cette page :